Star Trek : Into Darkness (2013)

star trek into darknessL’histoire : Un agent renégat de la Fédération a décidé de détruire tout qui pourrait être rattaché à la Fédération : personnel et matériel. Kirk qui a été rétrograde pour son comportement pour son comportement désinvolte et dangereux lors d’une mission est le seul atout de Starfleet pour pouvoir contrer le renégat.

Ce que j’en pense : On retrouve l’équipe de l’USS Enterprise pour une deuxième aventure plus sombre, plus complexe que la précédente.

Cette fois-ci le méchant Caan est réussi. On ne sait jamais très bien de quel côté le situer : gros méchant  puis juste un gars manipulé par plus machiavélique que lui, puis redevenir le gros méchant que tout le monde veut éliminer.

De l’autre côté, on retrouve les personnages rencontrés dans le premier film. Certains voient leur rôle un plus conséquent dans le récit, pour d’autres ce l’on connaissait déjà d’eux est renforcé.

A travers le divertissement, J.J. Abrams fait une critique de la politique étrangère américaine. Il y a l’affrontement entre ceux qui sont partisans de l’intervention ciblée, d’une exécution sans que la justice ait pu dire son mot et ceux qui sont partisans de la civilisation avec un minimum de justice.

Alors on passe plus de deux heures avec des personnages qui doutent mais qui finissent par réussir leur mission, avec des actions spectaculaires et héroïques dans l’espace. Du divertissement mais avec un petit quelque chose en plus par rapport à certains blockbusters.

 

ssw-3

Publicités

Centaurus, tome 1 – Terre Promise

centaurusTitre : Centaurus, tome 1 – Terre Promise

Scénario : Leo et Rodolphe

Dessin : Zoran Janjetov

Editeur : Delcourt

Année : 2015

L’histoire : Un vaisseau monde approche d’Alpha du Centaure et d’une planète potentiellement habitable par les hommes. Une équipe hétéroclite va se rendre au sol pour déterminer si la planète est habitée ou pas car d’étranges vestiges ont été aperçus lors de relevés satellites.

Ce que j’en pense : Leo est un habitué des mondes lointains (Bételgeuse et Aldébaran). Ici on se retrouve avec le classique exode d’une partie de l’humanité. Donc il y a un air de déjà-vu avec cette BD surtout du côté des personnages : des jumelles ayant des visions, des gros bras braves et serviables, des grosses têtes condescendantes. Il faut aussi ajouter des incohérences comme le fait d’envoyer des novices au sol ou la présence d’animaux plutôt féroces dans un espace réduit comme le vaisseau-monde.

Il y a bien sûr les éléments qui permettent d’attirer la curiosité du lecteur mais la fin abrupte laisse le lecteur sur sa faim. Donc ce premier album est un volet de présentation un peu trop bavard, trop linéaire dans la présentation de la situation. Pas de grande innovation, juste l’application d’une recette qui marche.

ssw-3

litt ima 3ed

Dominium Mundi – Livre 1, François Baranger

dominium mundi 1Titre : Dominium Mundi – Livre 1

Auteur : François Baranger

Editeur : Critic

Année : 2013

602 pages

L’histoire : En 2202, est né d’une guerre planétaire, l’Empire Chrétien Moderne. A sa tête le pape Urbain IX a contraint les populations à vivre selon un mode de vie médiéval. Afin d’assurer la puissance du Dominium Mundi, un vaisseau colonisateur est envoyé vers Alpha du Centaure pour y trouver de nouveaux territoires pour l’Humanité. Les colons débarquent sur une planète habitée et y découvrent le véritable tombeau du christ. Les colons tentent de s’en emparer mais sont massacrés. Ce événement à l’effet d’un bombe au sein de l’ECM. Deux ans plus tard est armé un gigantesque vaisseau qui va partir avec un million de soldats en croisade.

Ce que j’en pense : J’ai lu ce pavé dans une période qui n’était pas forcément propice à la lecture. Il m’a fallu du temps pour finir ce roman certains jours je ne lisais que dix ou vingt pages.

Et pourtant ça a été une bonne lecture. L’idée de transposer dans le futur les croisades donne quelque chose d’intéressant. Cela permet de se rendre compte que la puissance religieuse n’a pensé qu’à ses intérêts. On retrouve des jeux de pouvoirs entre le religieux, entre les nobles qui suivent le Pape dans sa croisade. L’action se fait par deux personnages très différents : Tancrède de Tarente, méta-guerrier, soldat honoré, fils de noble qui voit dans la croisade un moyen de se réaliser mais dont l’esprit critique va entrer en contradiction avec les règles établies; Albéric Villejust, informaticien enrôlé de force, dont le statut n’est pas loin de l’esclave et qui va participer à un journal de propagande pour dénoncer les mensonges des dirigeants.

Alors pendant six cents pages on a droit au voyage d’un million de soldats, qui vont s’entrainer, qui vont vivre dans un vaisseau-ville. Alors il ne se passe peut-être pas grand chose d’intéressant , car on attend la confrontation avec les Atamides mais les tractations politiques qui font ou défont les hommes ou les alliances permettent d’installer les personnages pour le deuxième volet.

ssw-3

litt ima 3ed

pave de l'ete

Le Volcryn, G.R.R. Martin

le volcrynTitre : Le Volcryn

Auteur : G.R.R. Martin

Editeur : ActuSF

Année : [1981] 2010

158 pages

L’histoire : Un scientifique réunit une équipe pour aller observer de près les Volcryns, espèce extraterrestre mystérieuse. Mais lors du voyage à bord du vaisseau affrété pour l’occasion le comportement de certains commence à poser problème.

Ce que j’en pense : Je dois reconnaitre que je suis plus habitué à lire la fantasy de G.R.R. Martin que sa science-fiction. Les nouvelles dans le Bifrost qui lui était consacré m’avaient plu. Le Volcryn, tout le monde en disait du bien. Je me suis lancé. Ça commence comme un space opera un peu classique, un scientifique court après une chimère. Mais au fur et à mesure du voyage, on se retrouve dans un huis-clos horrifique. Les occupants du vaisseau  perdent la boule, on ne sait pas trop à qui se fier. Je n’ai pas trop apprécié les personnages, prétentieux, stupides à ne pas écouter les mises en garde faites pour préserver leurs vies. Je n’ai pas été follement emballé avec cette trame de film d’horreur se déroulant dans l’espace.

Donc une déception pour cette novella considérée comme un classique mais G.R.R. Martin a de nombreux autres récits de SF à son actif pour que j’y puisse découvrir quelque chose d’intéressant.

ssw-3

litt ima 3ed

Les Chroniques de Riddick (2004)

chroniques de riddickL’histoire : Après avoir sauvé les trois survivants du crash sur la « planète sombre », Riddick s’est éloigné de la civilisation. Après cinq ans d’isolement, des chasseurs de primes le sortent de sa retraite. Il les élimine et part à la recherche du commanditaire. Riddick va alors se retrouver dans un combat qu’il n’a pas choisi.

Ce que j’en pense : Avec ce deuxième volet des aventures de Riddick, on quitte l’esprit SF survival pour se tourner vers un blockbuster bien classique. Bien sûr, le personnage de Vin Diesel est toujours aussi négatif sur ses rapports avec l’humanité. On en change rien de ce personnage. C’est plutôt tout ce qui tourne autour de lui qui dénature l’esprit qui pouvait découler du premier film.

Le mal contre lequel Riddick va être utilisé est plutôt moyen. Un Haut-Commandeur qui a réussi à voir l’Antéverse en est revenu métamorphosé. Il n’est plus très vivant et n’est pas tout à fait mort. Autour de lui il s’est construit une gigantesque armée de convertis qui n’éprouvent ni peur ni douleur. Au sein de son état-major, il y a bien un officier qui, influencé par sa femme, ambitionne de renverser le Haut-Commandeur. C’est la petite touche pour complexifier le scénario mais ça reste sans effet car d’un certain côté qui peut vraiment s’opposer à Riddick, vu qu’il n’y a que lui qui est envisagé pour éliminer le Haut-Commandeur. Car pour pouvoir justifier le rappel de Riddick, on lui trouve une ascendance furienne, qui fait de lui une sorte de guerrier ultime, que pas grand chose ne peut éprouver.

Le plus fun du film reste quand même le passage sur Crématoria, planète carcérale, dont la température en plein jour atteint les 700 degrés. On y retrouve des gibiers de potence caricaturaux, surtout parmi les gardiens. Mais ça remet dans une ambiance plus conforme à l’esprit entourant le personnage de Riddick.

Les Chroniques de Riddick est un space opera où l’on voit du paysage (Hellion Prime, Crématoria) mais malheureusement cette histoire de guerrier furien rend le récit bancal.

ssw-3

Un monde d’azur, Jack Vance

un monde d'azurTitre : Un monde d’azur

Auteur : Jack Vance

Editeur : Le livre de poche

Année : [1964] 1974

224 pages

L’histoire : Les descendants d’un crash spatial vivent sur une planète aquatique et sur des îles artificielles. Ces hommes sont divisées en castes en fonction des métiers qu’ils exercent.Leur vie est guidée par l’obligation de rendre hommage et de faciliter la vie la vie du roi Kragen, gigantesque monstre marin.

Un jour, un homme décide de remettre en cause ce dogme. Il va alors devoir convaincre la population à l’esprit formaté par le clergé.

Ce que j’en pense : Quand on est habitué  aux récits de Jack Vance où l’on découvre es monde et des populations différentes ou étranges, on put être surpris par ce roman qui s’apparente à une fable.

Ici pas de voyage dans l’espace, le seul vaisseau dont on parle est au fond de l’océan; pas de voyage extraordinaire sur la planète , les moyens des habitants sont limités. Non juste le combat de certains hommes contre un certain dogmatisme, contre un état de fait qui n’apporte pas forcément un bonheur à la population. La lutte se fait contre deux ennemis : le clergé qui cherche à protéger une situation avantageuse et le roi Kragen, animal sans grande conscience mais qui sait bien  où se situe son intérêt. Dans les deux cas, les rebelles se retrouvent face à des ennemis puissants, prêts à utiliser la violence. On se retrouve dans une opposition entre un camp qui ne veut pas laisser son destin dans les mains d’une divinité rejetée et un camp qui ne veut pas voir disparaitre sa domination spirituelle sur une population.

Avec ce récit de Jack Vance il ne faut pas s’attendre à avoir du récit dépaysant vancien. C’est le fond du récit qui est le plus important ça peut paraitre un peu trop didactique mais cela reste tout à fait plaisant.

ssw-3

litt ima 3ed

La Saga de Oap Tao, Jean-Marc Ligny

oap taoTitre : La Saga de Oap Tao

Auteur : Jean-Marc Ligny

Editeur : ActuSF

Année : 2014

448 pages

L’histoire : Oap Tao est un baroudeur spatial plutôt spécialisé dans la contrebande. Un jour deux étudiants le contactent car ils souhaitent faire un mémoire sur sa vie. Alors il va leur raconter une de ses aventures.

Ce que j’en pense : Le Summer Star Wars est une bonne occasion pour ressortir des livres reçus lors de l’édition précédente.

Oap Tao est un personnage plutôt intéressant. Un embauché presque malgré lui dans des embrouilles tordues qu’elles soient pensées par des malfrats ou les forces de l’ordre. C’est aussi un partisan de la non-violence et un amateur de boissons fortes.

Les aventures de Oap Tao permettent d’avoir quelques réflexions sur la robotique et ses liens avec l’Humanité, sur la drogue et de ses conséquences sur le physique. Même si Oap Tao et son monde ont leurs particularités propres, il y a beaucoup d’éléments inspirés de Star Wars. Oap Tao est un contrebandier un peu dans la panade qui se voit confier une mission par un homme déformé par une drogue et qui ressemble maintenant à une limace géante, il se voit attribué un vaisseau moche mais très rapide. Moi ça m’a fait tout de suite penser à Han Solo, Jabba et au Faucon Millénium. Dans l’interview à la fin du livre Jean-Marc Ligny déclare qu’il n’aime pas la Guerre des Etoiles. Mais bon Jean-Marc il y a tellement de points communs que tu ne peux pas nier que tu as été influencé.

Les aventures de Oap Tao permettent de passer un bon moment de lecture et de se rendre compte que le space opera peut aussi exister en langue française.

ssw-3

litt ima 3ed

Les Naufrages d’Ythaq, tome 2 : Ophyde La Géminée

ythaq 2Titre : Les Naufrages d’Ythaq, tome 2 : Ophyde La Géminée

Scénario : Arleston

Dessin : Adrien Floch

Editeur : Soleil Productions

Année : 2005

L’histoire : Callista, la passagère survivante, se retrouve dans le rôle de la margrave, sorte de dictatrice locale. Granite et Narvarth se retrouvent obligés de jouer les saltimbanques pour mettre la main sur Callista et sur d’autres potentiels survivants.

Ce que j’en pense : Le récit n’offre pas de grandes  surprises. Le fait que l’on retrouve des éléments de modernité dans un monde archaïque relevant de l’heroic fantasy est assez convenu.

Encore une fois il est difficile de ne pas voir l’influence de Jack Vance lorsque l’on voit les héros rejoindre une troupe d’artiste ambulants.Voir apparaitre ces troubadours m’a fait penser aux Baladins de la Planète Géante.

L’humour est toujours présent mais je dois avouer que certaines fois c’était plutôt moyen, pas forcément tourné vers un public adulte.

ssw-3

litt ima 3ed

Deathworld- L’intégrale, Harry Harrison

deathworldTitre : Deathworld – Le monde de la mort

Auteur : Harry Harrison

Editeur : Bragelonne

Année : [ 1960 – 1973] 2014

494 pages

L’histoire : Jason dinAlt est un joueur professionnel qui utilise ses pouvoirs psi pour gagner sa vie. Un jour il est recruté par un représentant de la planète Pyrrus où les formes de vie animale et végétale sont très agressives à l’égard des colons. Jason va alors partir à la recherche des causes de cette agressivité.

Ensuite il est kidnappé par un chasseur de primes qui veut à tout prix le ramener à la civilisation pour pouvoir le faire juger pour ses crimes. Mais le vaisseau s’écrase sur une planète où les autochtones cherchent à posséder les connaissances scientifiques pour pouvoir dominer les autres tribus. Jason devient alors une personne qu’il faut impérativement détenir pour assurer la domination.

Pour finir Jason apprend que les mercenaires d’une compagnie d’extraction minière ont été massacrés par des cavaliers à l’armement primitif. Jason va convaincre les pyrusiens de le suivre pour conquérir la planète.

Ce que j’en pense : Bragelonne doit être félicité pour son exhumation de romans disparus de la SF. Harry Harrison est particulièrement connu pour le roman Soleil Vert, adapté au cinéma avec Charlton Heston. Mais avant cela il a écrit les aventures de Jason dinAlt, aventurier spatial aux pouvoirs psi. Commencées dans les années 60, les aventures de Jason son riches en action, en personnages hauts en couleur, en situations rocambolesques. Jason est un personnage malin, qui a toujours une répartie adaptée à la situation. Plusieurs fois il m’a fait penser à Cugel l’Astucieux de Jack Vance. Époque oblige, le personnage féminin n’est pas très présent. Meta, la pyrrussienne, est plus homme que femme, le conditionnement pour la survie sur la planète la rend comme ça.Mais elle va finir par devenir féminine et presque trop romantique.

Mais les aventures de Jason ce n’est pas que de la SF divertissante des années 60. Dans les trois romans on se rend compte que Harrison introduit des thèmes plutôt intéressants qui touchent à la sociologie et à l’anthropologie. Donc on s’interroge sur les relations de l’homme avec son milieu, du comment modifier les habitudes culturelles d’une société, sur l’universalité des valeurs morales. Du coup c’est un peu surprenant mais il est intéressant de voir comment le divertissement et la réflexion sont réunies.

ssw-3

litt ima 3ed

Bilan de juillet

Autant le dire tout de suite, juillet n’aura pas été exceptionnel pour la lecture. Seulement trois livres : Deathworld (intégrale), La saga d’Oap Tao et Un monde d’azur, et je n’ai même pas encore dépassé la moitié de Dominium Mundi Livre 1.

Tout ça c’est à cause du déménagement et de la redécoration de la maison dans laquelle on emménageait.  Bah oui, les chambres aux couleurs reggae et aux papiers peints gris brillant et à motif Marylin ce n’était pas ce qui nous plaisait le plus pour y vivre. Et puis il a fallu déballer les cartons pour pouvoir remettre en place tous les livres. Une semaine après le déménagement, je pense que l’on va enfin pouvoir reprendre une vie normale.

En format papier, je n’ai acheté que le cinquième tome de l’intégrale du Trône de Fer. Par contre en numérique, les Indés de l’imaginaire faisaient une promo sur leurs ouvrages policiers et thrillers. Comme ça ne prend de la place que sur la liseuse et pas dans les étagères, je me suis lâché en achetant une dizaine. Il fallait bien que je pense à mes futurs voyages en TGV depuis Lyon.

Pour les lectures à venir, ça restera toujours du space opera pour coller au Summer Star Wars. Mais il faut que je retrouve un rythme normal de lecture pour le reste des vacances.