L’Héritage du diable, tome 2 : Le secret du Mont Saint-Michel

Héritage du diable 2Titre : L’héritage du diable, tome 2 : Le secret du Mont Saint-Michel

Scénario : Jérôme Félix

Dessin : Paul Gastine

Editeur : Bamboo

Année : 2011

Note : 14/20

L’histoire : La diva Calvé a réussi à trouver le lieu que le tableau de Poussin désignait : un lieu qui a permis au Moyen-Âge d’invoque le Diable. Constant et ses amis semblent un peu laissés sur place dans les découvertes quand apparait une troisième faction : un ordre secret de personnes investies d’une mission sacrée et qui ne semblent pas craindre la mort.

Ce que j’en pense : C’est un deuxième volet un peu moins enlevé que le premier. Je trouve qu’il s’intéresse un peu plus aux personnages surtout à Diane la jeune aventurière . On découvre quelles sont se motivations à suivre Constant dans se aventures. Même si elle apparait sincère lorsqu’elle le dit, on ne sait jamais si c’est vrai ou pas. Ça fait plaisir d’avoir un personnages comme elle : assez complexe, qui ne se révèle pas ‘un coup.

L’apparition d’un ordre secret vient complexifier l’affaire, comme il y a peu de révélations à son sujet on ne pas bien de quel côté ses membres vont se situer. Ça donne toutefois un épisode intéressant et toujours aussi dynamique.

L’héritage du Diable, tome 1 : Rennes-le-Château

Titre : L’héritage du Diable, tome 1 : Rennes-le-Château

Scénario : Jérôme Félix

Dessin : Paul Gastine

Editeur : Bamboo

Année : 2009

Note : 14/20

L’histoire : 1939, Constant un jeune peintre parisien vit comme un désespéré depuis quatre ans. Il est follement amoureux d’une jeune fille qu’il a connu une nuit. Un jour chez un antiquaire il découvre une copie d’un tableau de Poussin où il reconnait sa bien-aimée. Alors qu’il veut l’acheter un prêtre renchérit mais perd la vente. Constant va retrouver le prêtre agonisant dans sa cage d’escalier, celui-ci va lui confier un secret convoité par les nazis et le Vatican.

Ce que j’en pense : Voilà une série qui agglomère de nombreux éléments présents ailleurs que ce soit films, BD ou romans pour garder et donner le meilleur : un peu d’ésotérisme et de satanisme, un peu de Seconde guerre mondiale parce que les nazis et leurs sbires ça fait de bons méchants, des femmes fatales avec du caractère.

Le héros, Constant, n’a rien d’un héros, c’est juste un amoureux désespéré qui ne sait pas faire grand chose. Il va se retrouver entre deux groupes impitoyables mais discrets. A ses côtés il y a une jeune fille habituée aux actions violentes et au passé peu reluisant, face à eux il y a une diva d’opéra taillée comme une vamp hollywoodienne et alliée aux nazis.

Le récit est servi par un dessin dynamique et agréable qui permet d’avoir un bon moment de détente.

Ghost Money, tome 2 : Les yeux de Chamza

Titre : Ghost Money, tome 2 : Les yeux de Chamza

Scénario : Thierry Smolderen

Dessin: Dominique Bertail

Éditeur : Dargaud

Année : 2010

Note : 13/20

 

L’histoire : Deux semaines après l’accident orchestrée par les Américains, Chamza se réveille dans un hôpital de Shanghai. Elle a subi une opération consistant en une insertion dans ses yeux de caméras qui permettront aux Américains de suivre le moindre de ses gestes. Dans le même temps la pression s’accroit sur Umar, dirigeant d’une organisation qui est dans le collimateur des États-Unis.

 

Ce que j’en pense : Avec ce deuxième volet, on continue toujours dans le thriller futuriste notamment la modélisation des habitations ou des véhicules. Mais le récit a toujours des échos très actuels.

On en apprend un peu plus sur les personnages mais à cause de cela j’ai eu du mal les trouver quelque chose pour avoir de quoi m’y accrocher. Chamza, même si elle est espionnée, enlevée par les services de renseignements américains, reste quand même la fille d’un dictateur. Kendricks et sa bande sont plutôt le genre de personnages que l’on adore détester. Seule reste Lindsey, la petite britannique, qui se retrouve amie malgré elle de Chamza. Son innocence, sa naïveté sont touchantes, elle qui se retrouve aux alentours d’une histoire dont elle ne va pas saisir tous les enjeux.

A l’histoire d’espionnage classique, on peut maintenant ajouter une histoire d’amour (déjà présente dans le premier tome) à la Roméo et Juliette entre Umar et Chamza.

Je vais lire le prochain tome pour savoir si on va en apprendre un peu plus car j’ai l’impression de stagner à la lecture de ce volume.

Ghost Money, tome 1 : La Dame de Dubaï

Titre : Ghost money, tome 1 : La dame de Dubai

Scénario : Thierry Smolderen

Dessin : Dominique Bertail

Édition : Dargaud

Année : 2008

Note : 14/20

L’histoire : En 2020 des membres de l’administration américaine sont prêts à tout pour retrouver le trésor caché d’Al Qaida. Leurs investigations se tournent vers une jeune femme qui vit dans l’opulence et dont l’origine de la fortune semble mystérieux.

Ce que j’en pense : Sous l’aspect d’un thriller futuriste, Smolderen aborde des thématiques très actuelles : l’utilisation de la torture par les services de renseignements, la sous traitance des activités de combats comme de renseignements. Bien sûr cela engendre des dérives préjudiciables à l’action des États.

Ce premier volet met en opposition une riche jeune femme encore dans ses études et qui a des accointances pas très recommandables à un groupe d’ex mercenaires un peu limite ( un pédophile, un qui souffre de troubles psy assez lourds entre autres). Aucun des deux camps ne semble être en mesure d’attirer la sympathie. Mais d’un autre côté il est intrigant de voir comment vont agir les « défenseurs » de la démocratie face à une jeune femme qui ne semble pas être une grande menace.

C’est le premier volume d’une série prometteuse et dont on ne sait pas bien vers où elle va nous mener.

Spynest, tome 2 : Opération Excalibur

Titre : Spynest, tome 2 : Opération Excalibur

Scénario : Jean-Luc Sala

Dessin : Christophe Alliel

Edition : Soleil

Année : 2012

Note : 13/20

L’histoire : Pour empêcher une paix humiliante à la Grande-Bretagne, le lieutenant Fleming reçoit l’ordre de tuer Édouard VII, duc de Windsor.

Ce que j’en pense : Comme pour le précédent c’est un récit qui va à 200 à l’heure. On retrouve les éléments qu’il y avait dans le précédent épisode : action, humour. Mais ça va tellement vite que c’est un peu comme un idiot que je me suis retrouvé à la fin du volume.

Ici le petit plus c’est que j’ai l’impression que le scénario se base encore plus sur des faits historiques réels comme les sympathies nazies d’Édouard VII par exemple.

Mais avec une histoire qui va aussi vite il est un peu dur d’approfondir la personnalité des personnages. Alors on reste en surface et ça ne donne pas forcément envie de s’attacher aux personnages. Je regrette qu’il n’y ait pas plus de présence du nazi cyborg, il disparait presque bêtement au cours d’un combat. Bien sûr ce n’est pas le genre de personnage qui disparait sans qu’une réapparition surprise ne soit prévue.

Alors c’est un volume qui continue sur la lancée du premier mais qui aurait gagné à être plus proche des personnages principaux.

J’ai lu le premier tome de Spynest.

Spynest, tome 1 : Birdwatchers

spynest 1Titre : Spynest, tome 1 : Birdwatchers
Scénario : Jean-Luc Sala
Dessin : Christophe Alliel
Édition : Soleil
Année : 2011

L’histoire : En pleine Seconde Guerre Mondiale, Ian Fleming, agent secret au service de sa Majesté, qui devait dérober des informations, se retrouve embarqué à la suite de Terryiona Crow, agent US, dans une quête aux prototypes secrets des nazis.

Ce que j’en pense : Ian Fleming et le personnage de James Bond qu’il a créé sont presque devenus incontournables dans la culture du XX° siècle. Ici on nous propose de découvrir comment serait venu à Fleming l’idée de créer James Bond.

Bien sûr tout cela est très fantasque. Fleming se fait libérer d’une nazie adepte des jeux SM; l’héroïne est plantureuse et fonceuse, un SS mi-homme mi-machine, etc…

Il y a des touches d’humour un peu comme dans les films de la série, mais c’est un peu dommage que certaines fois ce sont des effets recyclés. L’action est toujours présente, il y a rarement de temps morts.

Alpha T6/T7 – Mythic/Jigounov

l'emissaireTitre : L’émissaire (tome 6) / Snow White, 30 secondes ! (tome 7)

Scénariste : Mythic

Dessinateur : Youri Jigounov

Edition : Lombard – Troisième Vague

Année : avril 2002 – octobre 2003

L’histoire : Au début des année 90, deux soldats britanniques sont tués dans un attentat en Irlande. Le Président des Etats-Unis décide d’envoyer un émissaire pour négocier une trêve dans le conflit. Comme il agit sans concertation avec les autorités britanniques, le responsable des services secrets et le ministre de la défense  décident de l’éliminer.  Une équipe de la CIA est envoyée pour le secourir mais cela tourne au drame et la responsabilité est reportée sur l’agent Alpha. Comme il sent qu’il y a quelque chose de louche, il va mettre à profit ses congés forcés.

snow whiteCe que j’en pense : Il y avait longtemps que j’avais pu voir la série Alpha dans les rayonnages BD de certaines librairies. Je n’ai trouvé que ces deux volumes à la bibliothèque, enfin deux qui se suivaient.

C’est toujours un peu dur de prendre une série en cours de route. Il faut entrer dans le bain sans trop savoir qui est qui ou qui fait quoi. Par la même occasion on révise un peu de géopolitique, ici ce sont les relations entre l’Angleterre et l’Irlande avec le conflit entre catholiques et protestants.

Avec Alpha on se retrouve dans une série d’espionnage réaliste qui des fois peut perdre le lecteur par la multiplicité des personnages. Il est un peu dur de connaître le personnage de l’agent Alpha en si peu de pages : grande gueule, peut-être un peu égocentrique, mais qui peut avoir une conception très personnelle de la justice.

Bien sûr il y a l’histoire d’amour avec son adjointe bien classique pour essayer de le rendre attachant : le classique « on est attiré l’un par l’autre mais on ne s’avoue pas notre amour ».

Mais en soi c’est un personnage que j’aurais du mal à suivre pendant toute une série.