Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban

harry-potter3

L’histoire : Alors que Harry Porter va retourner pour une troisième année à Poudlard, Sirius Black un dangereux magicien s’est évadé d’ Azkaban. La rentrée va se faire sous étroite surveillance.D’autant que les forces du mal soient à l’oeuvre pour détruire Harry Potter.

Ce que j’en pense : Voilà le troisième épisode de Harry  Potter lu. A la fin de la lecture, je me suis dit que je n’avais pas laissé assez de temps entre deux épisodes. Je me suis rendu compte que la trame était similaire. Ca commence chez les Dursley, heureusement il y a la rentrée à Poudlard qui permet de désamorcer la situation. On retrouve le danger qui rôde et qui menace Harry Potter en la personne de Sirius Black.

Le roman comporte de nombreux rebondissements, il y a plusieurs histoires en une : le mystère du suivi des cours d’Hermione ; le procès de l’hippogrife; l’inévitable tournoi de qidditch et l’évasion de Sirius Black. C’est sûr que ça densifie le récit mais j’ai eu la sensation que ça se dispersait.

La tonalité du récit se noircit aussi. Harry Potter découvre que les adultes peuvent être hypocrites, prêts à déguiser la vérité pour arriver à leurs fins. Il y a aussi les premiers accrochages dans l’amitié des compères.

C’est un roman qui m’a un peu moins plu que les précédents.

Publicités

Harry Potter et la chambre des secrets, J. K. Rowling

harry-potter-2

L’histoire : Harry  Potter est revenu chez les Dursley pour les vacances mais cela passe très mal. Sauvé par Ron et ses frères, il va passer quelque temps chez son ami.

A Poudlard, les élèves se font agresser et se retrouvent pétrifiés. Harry va se mettre en quête de la créature qui sème la pagaille dans l’école des sorciers.

Ce que j’en pense : Lire un Harry Potter c’est rentrer dans un monde plutôt sympa. On retient facilement les personnages, il y a ceux qu’on aime, ceux qu’on déteste, ceux pour lesquels on est indécis. Je ne peux pas croire que le Professeur Rogue est fondamentalement mauvais. Il doit y avoir encore du bon en lui. Par contre les Dursley sont irrémédiablement irrécupérables.

On retrouve cet humour un petit peu décalé et cette grande inventivité. J.K. Rowling a laissé courir son imagination. Ça donne un monde avec pleins de trouvailles, que ça soit l’elfe de maison ou la culture des mandragores.

Avec cet épisode, on se rend compte que le personnage d’Harry Potter n’est pas celui du sorcier blanc. Il choisit la lumière mais au fond de lui il pourrait avoir plus de points communs avec Voldemort que l’on ne pense. Avoir avec le roman suivant.

Harry Potter à l’école des sorciers, J.K. Rowling

hary-potter-1

L’histoire : Harry Potter est un orphelin élevé par ses oncle et tante qui le détestent. Un jour il reçoit une lettre l’invitant à rejoindre l’école de Poudlard, une école de magiciens dont il ignorait tout.

Ce que j’en pense : Ça fait bien douze ans que j’avais entamé la lecture de la série en piquant les livres à mon petit frère et tous n’étaient pas sortis. Aujourd’hui je les ai tous, tous trouvés occasion pour moins de dix euros, ça c’est ma grande fierté.

J’en avais assez de voir la série trainer dans la bibliothèque, je m’y suis remis. Bien sûr je ne vois pas ce que je pourrais dire de plus que ce qui a déjà été dit.

Lire Harry Potter, c’est faire partie des lecteurs qui sauront distinguer les moldus. Car rentrer dans un Harry Potter c’est commencer à faire partie d’une communauté avec qui on partagera une connaissance des personnages et des événements.

Même si le roman est écrit pour les enfants, les adultes peuvent y trouver leur compte. Il y a de l’inventivité et de l’humour dans les situations et dans l’utilisation de la langue. Et ce qui est appréciable c’est que les personnages ne sont pas gnangnan. Je n’ai pas eu l’impression de tomber sur un roman trop enfantin.

Comme c’est le premier roman de la série, c’est un roman de présentation. On découvre les futurs compères de Harry Potter, ses ennemis directs, son ennemi dont il faut taire le nom et dont l’ombre planera sur les romans et se fera de plus en plus oppressante.

Je l’ai relu avec beaucoup de plaisir, ce qui est de bonne augure pour le reste de la série.