Septentryon, tome 2 : Angousalem

septentryon 2Titre : Septentryon, tome 2 : Angousalem

Auteur : André Houot

Editeur : Glénat

Année : 2002

L’histoire : Des mercenaires ont attaqué la caravane qui a accueilli Chronover. Certains de ses amis sont morts. Il décide d’affronter ses poursuivants à Angousalem, une cité abandonnée en plein désert. Il va y découvrir une clinique où le prélèvement d’organes et les manipulations génétiques semblent de mise.

Ce que j’en pense : Deuxième volet des pérégrinations de Chronover. On en apprend un peu plus sur ce personnage qui apparait bien plus complexe que prévu.

On va vers un affrontement entre une population laissée pour compte, qui tente de survivre, et une sorte d’élite bénéficiant largement d’avancées technologiques et qui profite de sa position pour exploiter les plus démunis.

La visite de la clinique permet d’appréhender une petite partie de la nature de Septentryon, cette cité mystérieuse qui a une emprise importante sur ce monde détruit. Mais il va falloir encore suivre l’odyssée de Chronover pour découvrir ce qu’est réellement Septentryon.

SSW ep 2Sans titre

Publicités

Glacé, Bernard Minier

glaceTitre : Glacé

Auteur : Bernard Minier

Editeur : Pocket

Année : [2011] 2013

729 pages

L’histoire : Un cheval est retrouvé décapité et dépecé en haut du barrage d’une usine hydroélectrique. On retrouve sur les lieux l’ADN d’un tueur en série qui est enfermé dans une institution très sécurisée non loin de là. Le commandant Servaz est appelé en renfort sur l’enquête.

Ce que j’en pense : C’est l’été (enfin sur le calendrier) alors on se lance dans des thrillers qui sont de jolis pavé. Voilà un premier roman rondement mené. situer un thriller dans une région de montagne permet de créer une ambiance angoissante, pesante. Le climat et la topographie difficiles rendent facilement possible la création de cette atmosphère.

En plus du milieu, Bernard Minier ajoute une institution qui accueille les pires psychopathes d’Europe dont leurs pays d’origine ne peuvent (ou ne veulent plus s’occuper. On se retrouve avec quelque chose qui donne l’impression d’être un mélange du Silence des Agneaux et de Vol au dessus d’un nid de coucou. Le pire c’est que malgré la sécurisation ultra-poussée et la compétence a priori du personnel, on dirait que rien n’est maitrisé face à ce rassemblement d’esprits malades.

Le commandant Servaz est un personnage plutôt classique dans le cadre d’un roman policier. Ce sont les personnages qui l’entourent, en adéquation avec la société, qui lui montrent que par certains moments il est archaïque.

Le roman dans son ensemble est bien structuré. Alors qu’à un moment je croyais que l’on était tombé sur le tueur, l’enquête est repartie avec de nouvelles révélations. Pour bien sûr arriver à une fin qui va laisser planer une menace.

Demain la veille: Ou La joie d’avoir vécu, Jacques Olivier Durand

demain la veilleTitre : Demain la veille: Ou La joie d’avoir vécu

Auteur : Jacques Olivier Durand

Editeur : Au diable vauvert

Année : 2014

116 pages

L’histoire : Le narrateur apprend qu’il est atteint d’une maladie incurable et ses jours sont comptés. Il se décide alors à remercier tout ce qui lui a plus dans sa vie.

Ce que j’en pense : J’ai reçu ce court livre numérique dans le cadre d’un Masse Critique privilégié. Le thème est sûrement pas joyeux du tout. Le narrateur voir sa santé se dégrader et cela jusqu’à ce qu’il ne plus capable d’écrire. Heureusement cela arrive très tardivement.
Il prend plutôt bien l’annonce de sa mort prochaine. Cela pourrit-il arriver à d’autre personnes? J’ai un peu de mal à croire à un tel stoïcisme.
Pour remplir les derniers mois de sa vie, il va passer en revue tout ce qui a pu lui lui apporter quelque chose dans sa vie. Ça permet de découvrir un passionné de bonne nourriture, de vie simple. Mais le problème c’est qu’au bout de 80 pages, j’ai eu l’impression de me retrouver dans un catalogue. Surtout lorsqu’est faite l’énumération des œuvres théâtrales qui l’ont touché, là ça ne m’évoquait rien du tout.
Cet élément m’a laissé un sentiment un peu mitigé. Le roman aurait pu avoir un caractère universel de par son thème (la mort) mais en se focalisant sur des choses très personnelles le récit m’a fait me détacher de lui.

Dans le texte : « Il n’y a pas de rencontres sans intérêt, il n’y a qu’un intérêt qu’on ne sait pas leur accorder. »(page 24)

« Pour la première fois, il m’apparaissait que la vie n’est peut être pas ce qu’on a vécu mais plutôt ce dont on se souvient et la manière dont on se souvient. » (page 106)

M.O.N.S.T.R.E. 1 : Coeur de Harpie, Hervé Jubert

coeur de harpieTitre : M.O.N.S.T.R.E. 1 : Coeur de Harpie

Auteur : Hervé Jubert

Editeur : Rageot

Année : 2014

200 pages

L’histoire : Milo est le fils d’un multimilliardaire qui vient de disparaitre dans le crash de son avion. Un jour il voit débarquer les membres du groupe qu’il a constitué dans un jeu en ligne. Alors avec l’aide des six joueurs, il va essayer de découvrir qui les a fait se réunir.

Ce que j’en pense : Après la Trilogie Morgenstern qu j’avias pris beaucoup de plaisir à lire, je me suis lancé dans MONSTRE, série de sept romans ( le troisième sort en septembre) et plutôt tourné vers un public young-adult.

Dans ce roman Hervé Jubert convoque de nombreuses références pour que l’on ait un roman assez riche. Les personnages sont des ados mais j’ai senti qu’Hervé avait de la difficulté à ne pas les faire penser et agir comme des adultes.

Il y a un mélange de fantastique, de mythologie, de références aux jeux vidéos et au cinéma. J’ai été étonné d’y retrouver une références à Mothra Contre Godzilla, Film que j’ai vu il y a bien longtemps.

C’est un premier roman de présentation mais il s’y passe des choses (ce n’est pas toujours le cas) et il laisse de nombreuses questions sans réponse. Alors vivement la suite.

Sans titre

Septentryon, tome 1 : La calotte jaune

septentryon 1Titre : Septentryon, tome 1 : La calotte jaune

Auteur : André Houot

Editeur : Glénat

Année : 2001

L’histoire : Dans un monde post-apocalytique, un homme est pourchassé par les forces de l’ordre pour avoir soutenu un vieil homme qui remettait en cause le discours des autorités. Il se réfugie au sein d’une caravane de nomades qui se déplace dans un désert qui est censé être contaminé. Au cours du voyage il va faire preuve de capacités au combat assez remarquables.

Ce que j’en pense : Quand on se lance dans un cycle de science-fiction il y a toujours une certaine appréhension, surtout en matière de BD. Avec ce premier volume j’ai été bien accroché.

On se retrouve dans un monde riche et exotique, décrit par un dessin précis (j’apprécie ce genre de dessin). On suit Chronover, un homme dont on ne sait pas grand chose au début. On apprend à le connaitre au fur et à mesure du récit.

Le suspense est plutôt bien entretenu, les péripéties sont prenantes. Je regrette un peu le récit elliptique qui fait finir certaines séquences d’action de manière assez abrupte.

SSW ep 2Sans titre

Ethique du Contact, Jean-Michel Calvez

éthique du contactTitre : Ethique du Contact

Auteur : Jean-Michel Calvez

Editeur : Editions Atria

Année : 2013

271 pages

L’histoire : Un dôme d’exploration a été largué sur la planète ZC 789, celui-ci doit permettre à ses occupants de faire face à un Contact avec une forme de vie locale. Rapidement les abords du dôme sont envahis par une multitudes de « crabes » qui semblent inoffensifs et indifférents à la présence des humains. Tout Contact avec eux semble voué à l’échec.

Ce que j’en pense : Ethique du Contact est une sorte de continuation d’IF 837. On y retrouve les mêmes thématiques. Après des contacts avec des espèces intelligentes qui ont tourné à la catastrophe, les humains ont adopté une charte pour déterminer les grands principes du Contact avec une autre espèce. Avant tout Contact est mise en place une phase d’observation. C’est cette phase d’observation qui plombe un peu le rythme du début du roman. Il ne se passe pas grand chose et on prend de plein fouet les termes techniques. Chose qui ne m’était pas arrivé avec IF 837 où les termes techniques bien que très présents étaient noyés dans la découverte de la planète. Il faut arriver à l’agression des crabes envers les humains pour avoir une certaine satisfaction dans la lecture, avoir un peu plus d’action.

Alors malgré un protocole d’approche bien déterminé, des moyens techniques sur développés, l’homme aura toujours des a priori dans la découverte des êtres vivants surtout lorsqu’on les dote d’un minimum d’intelligence. L’homme aura soif de découvrir d’autres horizons mais il tombera peut être chez quelqu’un qui ne veut pas forcément de lui et ça il le comprendra toujours à ses dépens.

SSW ep 2

Sans titre

Star Wars Episode 3 : La Revanche des Sith

La revanche des sithL’histoire : Les armées de la République luttent contre la dissidence du Comte Dooku. Le chancelier Palpatine soupçonne un complot des Jedi pour le renverser et avec l’aide d’Anakin Skywalker il va éliminer les Jedi.

Ce que j’en pense : Dernier épisode de la prélogie, il démarre fort avec une séquence d’ouverture en plein combat aérien où se croisent destroyers et chasseurs. Ça impressionnait pas mal quand je l’ai vu au cinéma.

L’histoire décolle enfin . On entre enfin dans ce qui va permette de poser les baser de la Trilogie. En y repensant on aurait pu faire un seul film avec les deux premiers épisodes.

Alors on suit les troupes de la République luttant contre les Séparatistes mais le plus important est le cheminement d’Anakin vers le côté obscur. Cheminement qui se fait par le biais de la peur et de la manipulation. Le passage a comme point culminant le duel entre Obi-Wan et Anakin sur Mustafar où Anakin tourne le dos à ceux qui l’aiment . C’est la dernière partie la mieux, celle où tous les éléments se mettent en place pour lancer l’épisode III.

SSW ep 2

Le cercle des femmes, Sophie Brocas

lecercle des femmesTitre : Le Cercle des femmes

Auteur : Sophie Brocas

Editeur : Julliard

Année : 2014

196 pages

L’histoire : L’arrière grand-mère de Lia décède. Alors que la famille débarrasse la maison, Lia découvre une lettre de celle-ci adressée à son arrière grand-ère qui devait être décédé depuis belle lurette. Ainsi elle va mettre au jour un secret qui a inconsciemment influencé les trois générations de femmes qui la précédent.

Ce que j’en pense : J’ai lu ce roman dans le cadre de l’opération « On vous lit tout, en partenariat avec Libfly et le Furet du Nord ».

Le cercle des femmes est une sorte de huis-clos entre trois générations de femmes qui ont été marquées par l’attitude de l’arrière grand-mère décédée. Plus par volonté de s’occuper pendant une période de deuil que par souci de vérité, Lia va chercher à comprendre le comportement des femmes qui la précèdent et de leur rapport aux hommes.

Car j’ai été particulièrement marqué par l’absence masculine dans ce roman. Les hommes sont absents ou bien représentés d’une bien piètre manière.

Lia en enquêtant sur le secret de son arrière grand-mère, va mettre sa grand-mère et sa mère face à leurs comportements, elles qui ont toujours agi de manière à se protéger des hommes, ce qui ne les a pas rendu forcément heureuses.

L’enquête de Lia lui sert d’initiation. Elle est un moyen pour elle de construire sa personnalité, sa vie afin d’être heureuse.

C’est un premier roman qui aborde des questions comme la passion, l’attachement pour la vie, la transmission entre le les générations mais qui à certains moments m’a mis mal à l’aise en tant qu’homme. En effet j’ai eu l’impression pendant de longs passages que tous les hommes étaient des salauds. Au cours du récit cela a été relativisé mais il restait toujours la première impression.

P.S.: J’ai lu ce roman sous sa forme électronique, j’ai constaté que de nombreux mots faisaient l’objet de coupures hasardeuses. Était-ce uniquement pour l’ebook ou ça sera aussi dans le livre papier ? En tout cas je trouve limite qu’il n’y ait pas eu de correction.

Perdido Street Station Tome 2, China Miéville

perdido street station 2Titre : Perdido Street Station Tome 2

Auteur : China Miéville

Editeur : Fleuve Noir

Année : [2000] 2003

454 pages

L’histoire : Les Gorgones ont été libérées et sèment la terreur par mi la population de Nouvelle-Crobuzon. Les autorités sont dépassées dans la lutte contre ce fléau. La solution va venir de certaines personnes qui ne savent pas dans quoi elles vont se lancer.

Ce que j’en pense : Quand on a moyennement apprécié la première partie, c’est avec de l’appréhension que j’ai entamé cette deuxième partie.

C’est sûr qu’il y a plus d’action avec des combats particulièrement violents et moins de parlottes.

Mais voilà je n’ai pas pris de plaisir à lire cette fin de roman. C’est un univers trop baroque, ça part trop dans tous les sens. Chaque fois que Miéville entame une description, j’ai l’impression que ça ne va pas assez loin, ça reste dans l’évocation.

Pour certains Perdido Street Station a été une claque. Pour moi ça été une lecture en demie-teinte : il y a beaucoup d’inventivité mais j’ai toujours eu du mal à me sentir à l’aise dans ce roman.

Sans titre

logochalengesfff21

[Tag] Êtes-vous un lecteur éclectique ?

Voilà plusieurs fois que je tombe sur des tags relatifs à la PAL ou à notre bibliothèque. J’ai fini par m’en approprier un. Ça a son utilité, ça permet d’exhumer des livres  oubliés.

Le but de ce tag est simple. On a une liste de 30 types de livres présents dans la bibliothèque et à la fin des 30 livres on compte les points.

Possédez-vous dans votre bibliothèque…?

1) un roman de fantasy : Les armes de Garamont, Pierre Grimbert

2) un roman contemporain : Le dernier d’entre nous, Neil Gordon

3) un roman considéré comme un classique de la littérature française : La Charteuse de Parme, Stendhal

4) un roman considéré comme un classique de la littérature britannique : Les sept piliers de la sagesse, T.E. Lawrence

5) un roman considéré comme un classique de la littérature américaine : Les raisins de la colère, John Steinbeck

6) une romance : Autant en emporte le vent, Margaret Mitchell

7) un roman de bit-lit : pas vraiment ma tasse de thé

8) un roman de science fiction : Dune, Frank Herbert

9) une dystopie : Un bonheur insoutenable, Ira Levin

10) une uchronie : Pavane , Keith Roberts

11) un roman steampunk : Les voies d’Anubis, Tim Powers

12) un roman fantastique : Les plus qu’humains, Theodore Sturgeon

13) un roman de chick-lit : m’enfin tu n’as jamais vu à quoi ressemble le Chiwi !!

14) un roman d’horreur : le peu que j’ai lu, je l’ai emprunté

15) un roman young adult : MONSTRE 1 – Coeur de Harpie

16) un roman pour enfant : j’ai fini par les donner à Emmaus

17) un conte : plutôt un recueil de contes, Mille ans de contes

18) de la poésie : Baltiques, Tomas Transtromer

19) du théâtre : Le barbier de Séville, Beaumarchais

20) un roman publié au 18e siècle : Justine, Sade

21) un roman publié cette année : Dominum Mundi Livre 2, François Baranger

22) un livre écrit pendant l’antiquité : Oedipe Roi, Sophocle

23) un roman épistolaire : Les liaisons dangereuses

24) un thriller ou policier : Rituels Sanglants, Craig Russel

25) un livre de non fiction : Du spirituel dans l’art, Kandinsky

26) une biographie ou autobiographie : Le monde d’hier, Stefan Zweig

27) une nouvelle ou un recueil de nouvelles : Odyssées, Arthur C. Clarke

28) une BD ou un manga ou un comics : Buck Danny n°24 Prototype FX 13

29) un roman très populaire : Harry Potter à l’école des sorciers, J.K. Rowling

30) un roman quasi inconnu : Le label N, Jess Kaan

Mon score est de 26 sur 30

De 0 à 5 points: A la vue de votre bibliothèque, on peut facilement repérer votre genre de livres préféré. De là à dire que vous n’aimez rien d’autre? Pas sûr!

De 6 à 15: Vous avez de la diversité sur vos étagères, mais ne nous mentons pas, vous avez aussi vos petites préférences!

De 16 à 25: Vous êtes un touche à tout, vous aimez varier les plaisirs niveau lecture, ce qui se reflète parfaitement dans votre bibliothèque.

de 26 à 30: Vous êtes soit une librairie, soit une bibliothèque, soit un lecteur avec des goûts très éclectiques, prêt à tout lire! Félicitations!

Alors je suis un lecteur éclectique mais tout juste quand même. Bizarrement quand je regarde ma bibliothèque je n’ai pas cette impression, les romans de SFFF prennent une place plutôt importante par rapport aux autres.