Stormbringer, Michael Moorcock

strombringerTitre : Stombringer

Auteur : Michael Moorcock

Editeur : Pocket

Année : [ 1977] 1984

249 pages

L’histoire : Les Jeunes Royaumes ont pu se développer. Elric profite d’un sursis en compagnie de sa femme. Mais le Chaos et la Loi rassemblent leurs armées pour un dernier combat qui va décider du destin du monde. Elric, au service du Chaos, va se retrouver à lutter contre ses anciens maitres. Pour un combat au dénouement tragique pour Elric et ses compagnons.

Ce que j’en pense : Stormbringer est le dernier volume des aventures du guerrier albinos Elric. Enfin le dernier que j’accepte de lire car le neuvième n’apporte rien au cycle.

Si seulement tous les autres épisodes avaient pu avoir cette qualité épique, cette densité des événements et des informations.

Ici on a clairement la distinction entre le Chaos et la Loi, le deux grandes forces qui dominent et régissent le monde d’Elric. Je ne vais pas faire de rapport encyclopédique mais avec ce huitième épisode j’ai eu l’impression en fin d’appréhender les règles du monde d’Elric.

On se retrouve dans un bon roman de dark fantasy : des combats épiques et monstrueux, des créatures démoniaques, des destins tragiques. Un bon roman pour finir la saga d’Elric avec panache.

Dans le texte :

–  Non, gémit-il. Oh non pas mon âme ! Non ! Ses yeux s’agrandirent et furent traversés d’un éclair de folie. Stormbringer repue, Elric la retira du cadavre. L’homme ne lui avait inspiré aucune sympathie.

-Ton âme était, de toute façon, destinée à l’enfer, dit-il d’un ton léger. Au moins aura-t-elle servi à quelque chose.

Publicités

Elric, tome 7 : L’épée noire, Michael Moorcock

l'epe noireTitre : Elric, tome 7 : L’épée noire

Auteur : Michael Moorcock

Editeur Pocket

Année : [1977] 1995

186 pages

L’histoire : Elric erre en compagnie de Tristelune. A deux, ils défont un sorcier qui retenait en otage une ville, portent secours à une princesse dont Elric va tomber amoureux.

Ce que j’en pense : Pour ce septième roman de la saga d’Elric on retrouve avec plaisir un Moorcock qui nous fait de la Sword and Sorcery classique mais efficace.

Étonnamment même si on retrouve les mêmes éléments que dans les volumes précédents, j’ai eu la sensation que l’horizon d’Elric s’éclaircissait. Il retrouve l’amour, ce qui lui permet de passer sur la mort de sa cousine bien-aimée. Il réussit aussi à moins dépendre de Strombringer, son épée buveuse d’âmes. Mais il ne faut pas se faire d’illusion, Elric est un héros qui n’est pas fait pour être heureux.

Seul bémol est l’épilogue qui ne met pas en scène Elric mais l’Archer Rouge, ancien compagnon de route d’Elric. Je n’ai pas compris ce que cette partie venait faire là et plusieurs fois j’ai eu l’impression de me retrouver dans la Revanche de la Rose, épisode éminemment foireux de la saga.

litt ima 3ed

Dark-fantasy-challenge52 semaines

Idée 71 : une femme  nue

Elric, tome 6 : La revanche de la Rose, Michael moorcook

la revanche de la roseTitre : Elric, tome 6 : La revanche de la Rose

Auteur : Michael Moorcook

Editeur : Pocket

Année : [1991] 1993

287 pages

L’histoire : Elric est en perpétuelle errance dans différents plans de l’univers ou du temps. Un jour il est contacté par le fantôme de son père qui lui demande de retrouver son âme afin de pouvoir se détacher de l’influence d’Arioch.

Ce que j’en pense : En entamant ce sixième tome d’Elric, je savais que je pouvais tomber sur de la Dark Fantasy de qualité ou pas. Et là ça été ou pas. Je n’ai vraiment pas accrocher à l’histoire qui est vraiment inintéressante.

Ensuite ce roman est un vrai fourre-tout. Au côté d’Elric on retrouve le poète Wheldrake qui vient du XIX° siècle victorien. Heureusement que celui-ci est présent car avec ses facéties et ses interventions poétiques il casse la monotonie du récit. Mais d’un autre côté je trouve déplacé de faire apparaitre un personnage venant d’une époque que nous connaissons même si cela est nécessaire pour étayer la thèse du Multivers. De plus Moorcock introduit des références (le peuple des Tsiganes) qui me semblent complètement déconnectées de ce que le monde d’Elric m’avait habitué.

En définitive j’ai l’impression que ce tome n’est pas maitrisé du tout, que Moorcock est entré dans un délire dont il n’arrive pas à sortir.

Dans le texte :  » Je suis le Chaos. Je suis toute chose. Je suis le Seigneur du Non-Linéaire, Capitaine de la Particule Aléatoire et le plus grand des adorateurs de l’Entropie. Je suis le vent de nulle part et le naufrageur des mondes; je suis le Prince des Possibilités Infinies!« 

Franchement si vous réussissez à lire presque 300 pages de propos dans ce genre, vous avez beaucoup de mérite.

Sans titreDark-fantasy-challenge

logochalengesfff21

Elric, tome 5 : La sorcière dormante, Michael Moorcock

elric 5Titre : Elric, tome 5 : La sorcière dormante

Auteur : Michael Moorcock

Editeur : Pocket

Année : [1977] 1984

185 pages

L’histoire : Elric est à la poursuite de Thleb K’aarna pour le tuer. Son chemin croise celui de Myschella, une sorcière qui s’est retrouvée sous l’emprise de K’aarna. Celle-ci propose son aide à Elric puor qu’il la libère.

Ce que j’en pense : Dans ce cinquième volume des pérégrinations d’Elric, il y a enfin un lien entre les différents épisodes. La sorcière dormante est une continuation d’Elric le Nécromancien.

A la différence de ce que j’avais pu lire auparavant, le style de ce roman est fluide. Je n’ai pas eu l’impression que c’était chargé, boursouflé. Et rien que ça, ça me fait dire que c’est le meilleur Elric que j’ai pu lire.

On abandonne certains aspects métaphysiques relatifs à la Loi et au Chaos et on se rapproche de la fantasy faite par Robert E. Howard. Laissé par son dieu protecteur Arioch, Elric est quasi-seul  pour se débrouiller face à des magiciens et à leurs invocations, à un roi des mendiants et des voleurs et son armée de minables puants.

Bienheureusement de acolytes sont là à l’occasion pour l’aider. Il va même refaire équipe avec Erekose et Corunn pour former le Champion multi-univers.

Le roman est l’exemple réussi d’un roman de Swords ans Sorcery. Je vais continuer le cycle d’Elric mais je suis tout à fait conscient qu’il peut y avoir une baisse de qualité.

logochalengesfff21

Sans titre

Dark-fantasy-challenge

Elric, tome 4 : Elric le Nécromancien, Michael Moorcock

elric 4Titre : Elric, tome 4 : Elric le Nécromancien (The Weird of the White wolf)

Auteur : Michael Moorcock

Editeur Pocket

Année : [1977] 1983

157 pages

L’histoire : Elric s’est allié à des rois des Jeunes Royaumes pour s’attaquer à Imrryr et libérer Cymoril la femme qu’il aime. Mais l’attaque tourne vite à l’échec et il est obligé d’abandonner le combat et ses alliés. Sa vie d’errance recommence alors.

Ce que j’en pense : Avec quatre nouvelle, on suit les pérégrinations d’Elric, l’albinos ménilbonéen. Fatalement après avoir été lié à Stormbringer, son épée buveuse d’âmes qui lui redonne de la vitalité, il devait lui arriver la chose la plus terrible pour lui : perdre l’amour de sa vie. D’une certaine façon c’était prévisible car il est difficile d’imaginer Elric pouvoir vivre heureux ou en paix.

Donc n’ayant plus d’attache à Imrryr, Elric vagabonde en essayant de donner un sens à sa vie. Il se lance dans des quêtes d’objets qui pourraient lui permettre de ramener Cymoril. Avec la mort d’Yrkoon, Elric n’ a plus d’opposant, d’ennemi à moins que l’on puisse considérer que le meilleur ennemi d’Elric soit Elric lui-même.

Ce quatrième volet se laisse lire, l’albinos remplit sa mission de héros torturé. On a notre compte de noirceur et de violence mais je suis presque déçu de lire des aventures qui ressemblent aux précédentes.

logochalengesfff21

Sans titre

Elric, tome 3 : Le navigateur sur les mers du destin, Michael Moorcock

elric 3Titre : Elric, tome 3 : Le navigateur sur les mers du destin

Auteur : Michael Moorcock

Editeur : Pocket

Année : [1976] 1988

188 pages

L’histoire : Elric est pourchassé par des hommes qui veulent en découdre avec un Ménilbonéen. Il réussit à embarquer sur un navire où l’attendent une vingtaine de guerriers issus de différents plans de la réalité. Ceux-ci sont réunis pour aller combattre deux sorciers.

Ce que j’en pense : Ce troisième volet des aventures d’Elric permet une rencontre entre les différents personnages du monde de Moorcock. Ainsi Elric rencontre et combat aux côtés d’Erekose, Hawkmoon et Corum. Ils forment ainsi les Quatre qui sont Un, sorte de champion multiunivers qui combat pour rétablir l’équilibre du monde.

A mes yeux ce n’est pas réellement un roman mais un recueil de trois nouvelles avec comme seul lien Elric et le navire qui permet de se déplacer sur différents plans de l’Univers, que ce soient des réalités parallèles ou dans le passé ou dans le futur.

Encore une fois on se retrouve avec un personnage qui n’est pas maitre de son destin, qui cherche à comprendre le dessein que les dieux lui réservent mais ce dessein lui reste toujours obscur. C’est un personnage qui est sous la coupe de son épée runique Stormbringer, qui a sa vie propre, qui refuse de se faire contrôler par son porteur. Stormbringer est aussi un instrument qu service d’Arioch, qui empêche Elric de pouvoir être maitre de son destin.

logochalengesfff21

Sans titre

logo-challenge-lieux-imaginaires

Elric, tome 2 : La Forteresse de la Perle, Michael Moorcock

Titre : Elric, tome 2 : La Forteresse de la Perle

Auteur : Michael Moorcock

Editeur : Pocket

Année : [1989] 1990

250 pages

Note : 14/20

L’histoire : Elric arrive presque sans vie à Quarzhasaat, la ville engloutie par les dunes. Un notable local lui fait boire un élixir qui lui rend ses forces. Sauf que la potion est un poison qui va le tuer à petit feu et que c’est un moyen de pression sur Elric. Celui-ci va devoir chercher la Perle au Coeur du Monde au sein de l’Oasis Fleur d’Argent. Là il va découvrir que la fille prophète de l’Oasis est plongée dans un sommeil éternel. Il va devoir pénétrer ses rêves pour la libérer et accéder  à la Forteresse de la Perle.

Ce que j’en pense : J’avais pu lire la Forteresse de la Perle il y a deux ans et je n’avais pas apprécié. En le relisant j’ai changé de point de vue même si je ne serai pas enthousiaste sans limite.

La première fois je trouvais que le roman était très bavard avec peu d’action, qu’il n’était qu’une succession de tableaux, ce qui me donnait l’impression que ce n’était pas travaillé. Là en le relisant je trouve qu’il a des défauts, des incohérences mais dans l’ensemble c’est distrayant et c’est un récit de fantasy qui se démarque de ce que l’on trouve dans la fantasy.

Le fait pour Elric de voyager dans les songes permet de se retrouver dans des mondes où l’onirisme est assez présent. La chose étrange est qu’Elric dans son monde a bien la tête sur les épaules, il ne se laisse pas manipuler. Une fois qu’il est dans le monde des songes, même s’il est prévenu du danger, il va quand même se laisser tenter. Certains pourront dire que c’est ce qui arrive à la plupart des hommes mais Elric n’est pas un simple mortel. C’est Elric, un albinos qui ne fait qu’un avec son épée buveuse d’âme, qui a un démon du Chaos comme allié.

Encore une fois je vais m’énerver contre l’ordre de parution. Écrit en 1989, La Forteresse de la Perle est un des derniers romans écrits du cycle mais il se situe en deuxième position dans le cycle. Alors il y a des choses qui sont dites qui m’ont donné l’impression que j’avais raté des épisodes.

A part cela c’est plein d’éléments originaux qui ont une certaine poésie. Mais à côté du poétique il y a du sanguinolent et de la laideur. Car les choses et les êtres qu’Elric peut rencontrer finissent  coupés en deux par Stormbringer.

logochalengesfff21

logo-challenge-lieux-imaginaires

Elric, tome 1 : Elric des dragons, Michael Moorcock

elric1Titre : Elric, tome 1 : Elric des dragons (Elric of Menilboné)

Auteur : Michael Moorcock

Édition : Pocket

Année : [1972] 1992

187 pages

 

L’histoire : Elric, empereur albinos de Menilboné, doit faire face aux velléités guerrières des Jeunes Royaumes mais aussi aux tentatives de prise de pouvoir de son cousin Yrkoon. Lors d’une bataille, Yrkoon réussit à abattre son cousin. Grâce à l’intervention de dieux, Elric est ramené à la vie et va tout faire pour récupérer son trône.

Ce que j’en pense : J’ai découvert Elric par le biais d’une intégrale en un seul volume. Je crois que le format m’avait un peu rebuté et donc j’avais trouvé cela un peu moyen. En trouvant un coffret avec six des romans (sur neuf) chez Emmaüs, je me suis remis dans ce cycle.

Avec cette relecture j’ai nettement plus apprécié. Même si on retrouve tout ce qui est bien classique en fantasy, le cycle d’Elric se distingue par la nature même d’Eric. Alors que tous les héros de fantasy sont grands, beaux et forts, Elric est une anomalie. Il est albinos, doit prendre des drogues pour pouvoir se fortifier et ainsi survivre. Il est par nature faible et doit tout le temps faire la preuve de sa force.

Il est aussi une anomalie par rapport aux sujets de son royaume. Ceux-ci, membres d’un royaume presque aussi vieux que le monde, se caractérisent pour un goût prononcé pour la cruauté et pour l’usage immodéré de drogues pour pouvoir rêver, tant leur vie présente est morne. Les sujets de Menilboné sont une représentation de la décadence. Mais Elric ne partage pas les goûts de ses sujets., à côté d’eux il est un romantique. Il voit la beauté du monde et ne considère pas les autres humains comme des êtres inférieurs.

Mais à faire alliance avec un démon d’un autre plan de l’Univers, à récupérer une épée qui donne de la puissance mais qui a sa volonté propre, il est sûr qu’Elric n’en sortira pas indemne et que sa destinée n’est pas toute tracée.

Le seul défaut du cycle d’Elric est que l’ordre de publication ne correspond pas à l’ordre chronologique de la série. Cela donne des épisodes d’une qualité inégale, certains arrivent même comme un cheveu sur la soupe alors que Moorcock les a écrit pour donner plus de précisions aux aventures d’Elric.

D’autres avis chez Skarn-sha, Melisende, Sollyne et Lanyla.

logo-challenge-lieux-imaginaires

logochalengesfff21