Beau Monstre, Peter Robinson

beau mons treTitre : Beau Monstre (Aftermath)

Auteur : Peter Robinson

Edition : Le livre de poche

Année : 2005

538 pages

L’histoire : Dans un quartier plutôt tranquille, une voisine appelle la police car elle soupçonne des violences conjugales dans un couple qu’elle connait. La police débarque, découvre la femme blessée à la tête, le mari tue un des policiers et se retrouve presque battu à mort par la collègue du policier mort. Dans la cave on découvre le corps d’une jeune fille qui avait disparu quelques jours  plutôt.

Ce que j’en pense : Deuxième roman que je lis de la série Ian Banks. C’est vrai que j’aurais pu lire ceux qu’il y avait entre les deux car je suis passé d’un Banks heureux en ménage à un Banks séparé de sa femme et pas en bons termes avec elle, avec des enfants qui sont presque des adultes. Là j’ai vraiment eu l’impression d’avoir raté des choses alors que Banks est un personnage que j’ai trouvé vite sympathique.

Ici on retrouve un Banks surchargé de boulot car il remplace temporairement son supérieur ce qui a un impact sur le peu de vie personnelle qui lui reste.

Mais même si on se trouve dans une enquête de Banks, ce sont des personnages féminins qui ont le plus grand rôle. Dans un contexte plutôt glauque : des jeunes filles enlevées, un violeur puis un tueur en série qui domine sa femme (vraiment ?), des violences conjugales, ce sont deux femmes qui gravitent ou ont gravité intimement autour de Banks qui vont mener une grande part de l’enquête.

Même si le rythme n’est pas haletant, même si l’intrigue ne me semble pas super emballante (assez tôt on a vite fait de découvrir ou suspecter ce que Banks découvrira à la fin du roman), il y a une ambiance poisseuse, malsaine (ce qui fait presque plaisir après deux lectures décevantes), d’inquiétude que l’on peut retrouver dans certains faits-divers peu reluisants.

D’autres avis chez Chaplum’ et Schmocker Mam.

La Vallée des Ténèbres, Peter Robinson

la vallée des ténèbresTitre : La Vallée des Ténèbres (The Hanging Valley)

Auteur : Peter Robinson

Edition : Le livre de poche

Année : 2005

441 pages

Note : 3,5/5

L’histoire : Un cadavre est découvert à proximité d’un petit village du Yorkshire. Cette découverte ressemble à un meurtre qui a eu lieu quelques années auparavant.

L’inspecteur Banks est chargé de l’enquête. Pour lui tous les habitants ont quelque chose à cacher mais ses soupçons sont les plus forts à l’égard de l’ancienne amie d’un notable local qui a disparu après le premier meurtre pour réapparaître au Canada où elle a fréquenté la victime.

Ce que j’en pense : L’inspecteur Banks est le héros d’une série de romans policiers que je ne connaissais pas jusqu’à présent. ‘est une sorte de policier assez atypique : il écoute de l’opéra et de la musique pop, qui l’entraîne toujours dans  une nostalgie; il fume plus que de raison et s’insurge un peu contre les gens qui ne fument pas car en leur présence il ne peut assouvir son vice; son enquête se fait principalement autour de pintes de bières; il s’est exilé à la campagne car la vie de Londres était trop fatigante, lui y voit une libération ou d’autres y auraient vu une relégation.

Le cadre campagnard me fait penser à certains romans qu’Elizabeth George aurait pu écrire. Ce cadre permet la mise en scène d’un microcosme social ayant ses antagonismes, ses intérêts, ces rivalités, ses jalousies, ses secrets cachés.

Les personnage masculins manquent peut être de consistance, sont peut-être un peu stéréotypés. Mais le personnage de Katie est sûrement le plus déroutant, elle a eu une éducation très moraliste où il y avait une grande présence de la religion. Alors elle se retrouve fréquemment prise dans des gouffres d’interrogations où alternent culpabilité et volonté de s’émanciper. En lui laissant le mot de la fin, Peter Robinson lui donne le plus grand rôle dans ce milieu masculin où on la convoitait.

Un autre avis chez Lydia