La Troisième lame, Ayerdhal

la troisieme lameTitre : La Troisième Lame

Auteur : Ayerdhal

Editeur : ActuSF

Année : [1996, 2001] 2013

189 pages

L’histoire : Un fonctionnaire est envoyé sur une planète pour enquêter sur la mort d’un agent de l’Homéocratie. Son enquête va mettre à jour un trafic. Dans le même temps il va trouver étrange l’attitude des locaux.

Ce que j’en pense : C’est la première fois que je me lance dans de la SF d’Ayerdhal et dans son Homéocratie. Ça a été difficile d’entrer dans ce monde. Même si j’ai lu l’interview d’Ayerdhal se trouvant à la fin du livre, ça faisait beaucoup d’informations sur un court format qu’est celui des novellas.

Le résultat c’est que j’ai moyennement apprécié de me retrouver perdu comme ça. C’est vrai que j’aurai pu par commencer par La Bohème et l’Ivraie pour ne pas être déphasé mais va-t-en le trouver en bibliothèque.

Bon si je passe sur les descriptions institutionnelles peut être un peu trop prononcées, le message est plutôt intéressant. Ça donne des récits avec un contenu plutôt conséquent.

L’Homéocratie est un moyen pour Ayerdhal de pointer du doigt les défauts des institutions qui gouvernent imparfaitement et aussi inefficacement nos vies, que ce soit au niveau national ou à un niveau supra-national. Il aborde aussi la question de la colonisation et des possibles formes de résistance à celles-ci.

Ces deux récits ne sont pas forcément le meilleur moyen pour aborder le monde d’Ayerdhal mais ils permettent d’avoir une première vision des thèmes chers à Ayerdhal.

Sans titre

Transparences, Ayerdhal

transparencesTitre : Transparences

Auteur : Ayerdhal

Editeur : Le Livre de Poche

Année : 2004

603 pages

L’histoire : Stephen Bellanger est criminologue pour Interpol à Lyon. Par sa hiérarchie, il est mis sur des dossiers de meurtres présentant des similitudes. Lors de chaque meurtre, la présence d’une jeune femme a été remarquée mais aucun témoin n’est capable de la décrire précisément.

Bellanger va chercher à en savoir plus sur cette femme qui semble aussi intéresser de nombreux services secrets.

Ce que j’en pense : Ayerdhal, je le connaissais comme auteur de science-fiction. Mais je n’ai jamais réussi à trouver un de ses romans en bibliothèque. Alors je me suis rabattu sur ce thriller, qui apparaît comme une bifurcation dans son œuvre.

L’histoire peut paraître intéressante, on se trouve dans une sorte de mélange entre Kill Bill et La Mémoire dans la Peau.

Mais il y a beaucoup de parlotes, de savoir qui est avec qui, qui veut trouver la femme, qui veut sa mort. Donc le lecteur se trouve toujours dans le flou, un peu comme Bellanger.

Quand on arrive à la fin, on se rend compte que ce n’est pas du tout crédible, que c’est hautement improbable. Et quand on se retrouve face à un tel sentiment, il y a de la déception.