Pandémonium (intégrale)

pandemoniumTitre : Pandémonium

Scénario : Christophe Bec

Dessin : Stefano Raffaele

Editeur : Soleil

Année : 2007-20011

L’histoire : Une mère décide d’emmener sa fille atteinte de la tuberculose dans l’établissement où elle a été soignée plus jeune. Pour pouvoir rester auprès de sa fille, elle accepte un poste d’infirmière. L’enfant va commencer à avoir des visions d’anciens patients décédés.

Ce que j’en pense : Christophe Bec, à partir de faits réels, a réussi à mettre en place un récit assez sombre et très efficace. Cela commence avec un bâtiment qui refuse de se faire détruire. Donc une ambiance malsaine dès le début, qui fait un peu penser à Lovecraft.

Ce bâtiment, sanatorium, parce qu’il représente : lieu de maladie, souvent antichambre de la mort, exerce une sorte d’influence sur les gens qui s’y trouvent. Réputé pour les soins qui y sont prodigués, il cache une sombre vérité. J’ai eu l’impression d’y retrouver les pires personnages de la création : directeur avide de faire des bénéfices; médecin adeptes des thérapies de choc qui aurait eu sa place dans les camps de la mort; médecin pratiquant le harcèlement sexuel sur les infirmières.

Ça commence avec une touche de fantastique mais au fil des pages ça tourne à l’horreur. Certains passages sont à éviter pour les âmes sensibles comme ces wagonnets remplis de cadavres ou la trépanation sans anesthésie d’une fillette. La vérité est difficile à accepter et ceux qui vont la découvrir vont être bien seuls pour la faire éclater.

Il n’y a pas à dire une BD de Christophe Bec ça se lit sans s’arrêter et quand on a fini on a l’impression d’en avoir eu pour son argent. 

Publicités

Deepwater Prison

deepwaterprison1Titre : Deepwater Prison

Scénario : Christophe Bec

Dessin : Stefano Raffaele

Editeur : Soleil Productions

Année : 2014

L’histoire : Une plate-forme pétrolière est en perdition. Le pétrole qu’ elle exploite s’échappe et va polluer les eaux et les terres avoisinantes. Le gouvernement dépêche une fonctionnaire pour enquêter sur les agissements de la compagnie pétrolière. Les enquêteurs vont installer leur base dans une prison sous-marine aux conditions de vie extrêmes.

Ce que j’en pense : Christophe Bec est un scénariste qui réussit sans problème, avec un élément, à créer une série implacable qui va scotcher le lecteur de bout en bout.

deepwaterprison2Deepwater Prison est une sorte de Prison Break dans une prison sous-marine installée à 1000 mètres de profondeur. Avec cette série il y a de nombreuses thématiques.

On a droit à la description d’un univers carcéral très dur : les matons sont tout-puissants et abusent de leurs pouvoirs., la moindre faveur se monnaie par un viol du détenu le plus jeune. Les rapports sont très manichéens entre les détenus et les matons.

Il y a aussi la question de la pollution maritime due à un défaut d’entretien et de non respect des normes de sécurité sur une plate-forme pétrolière. Les représentants véreux de la société veulent cacher à tout prix la malveillance face à une jeune représentante du ministère de l’environnement.

Carthago, tome 1 : Le lagon de Fortuna

carthago1Titre : Carthago, tome 1 : Le lagon de Fortuna

Scénario : Christophe Bec

Dessin : Eric Henninot

Editeur : Les Humanoides Associés

Année : 2007

L’histoire : Au début des années 90, des plongeurs d’une multinationale gazière en forant un puits découvrent un grotte sous-marine gigantesque. Mais celle-ci renferme un Carcharodon Megalodon, un requin blanc de 25 mètres survivant direct de la préhistoire. La direction de la multinationale va tenter d’étouffer l’affaire, une organisation écologiste veut rendre la découverte publique et un milliardaire engage une équipe dans le but de le capturer pour sa collection personnelle.

Ce que j’en pense : Et si Les Dents de la mer avaient rencontré Abyss ? Je crois que ça aurait pu donner un truc dans le genre de Carthago.

Les auteurs utilisent la fascination que peuvent avoir les profondeurs sur les hommes. On ne sait pas bien ce qu’il peut s’y cacher tant le fond des océans nous est inconnu parce que peu exploré.

Il y a tout le long une atmosphère de menace et c’est un peu dur de croire qu’elle ne va émaner que de ce requin préhistorique. Quant aux personnages assez nombreux, ils ne se révèlent pas entièrement pour l’instant donc il est un peu difficile de savoir à qui on pourra s’attacher.

Alors ça donne un premier épisode assez dense, riche en informations et en mystère.