Nouvelles du dimanche #3

la malédiction de bishaLeigh Brackett fait partie de ces auteurs de SF qui sont restés dans l’ombre parce qu’elles sont des femmes. Pourtant elle n’a rien a envié aux autres auteurs avec cette nouvelle. Mars est une planète qui sert lieu à un cycle incontournable de son œuvre. Un médecin terrien habite sur Mars, il recueille une fillette que sa tribu veut tuer car elle est porteuse d’une malédiction. On se retrouve avec un Terrien qui fait preuve de pragmatisme face aux superstitions martiennes. On va croire à la possibilité de sauver la fillette jusqu’à la fin. Mais la fin est pessimiste avec cette idée que malgré tout on ne peut pas échapper à son destin.

l'anniversiare du reich de mille ansVoilà une nouvelle d’Andrevon à la tonalité bien sobre par rapport à ce que j’ai déjà pu lire de lui. En 2933, la planète entière se prépare à fêter les mille ans du Reich. C’est fébrilité et enthousiasme dans toutes les couches de la population. Mais un vent se lève et parcourt l’ensemble du globe. Étonnamment cette nouvelle aurait pu être plus développée, comment serait le monde si le III° Reich avait atteint mille ans ? On a quelques éléments de réponses mais ce n’est pas ça qui intéresse Andrevon. Il s’intéresse à la promesse d’Hitler que le Reich durerait mille ans. Il se passe quoi lorsque le Reich atteint sa millième année ? Il suffit de lire la nouvelle pour le savoir.

angle mortJusqu’à présent je n’ai lu de Lauren Beukes que Moxyland. Mais cette nouvelle prouve sans problème son talent. Dans le cadre du cadre d’une occupation terrestre d’une autre planète, les humains ont un comportement violent à l’égard des extraterrestres sans défense. Cette situation n’est pas sans rappeler ce qu’il a pu se passer en Irak ou en Afghanistan avec les troupes américaines. Alors c’est une nouvelle qui fait une piqure de rappel sur certains comportements et qui fait réfléchir lorsqu’elle se conclut sur « On ne peut pas déshumaniser ce qui n’est pas humain ». Ça nous autorise alors à faire ce que l’on veut ? Vous avez quatre heures…

Moxyland, Lauren Beukes

moxylandTitre : Moxyland

Auteur : Lauren Beukes

Editeur : Presses de la cité

Année : 2007 [2008] 2014

311 pages

L’histoire : Au Cap, en Afrique du Sud, une société ultra-technologique s’est développée. Le virtuel a pris le pas sur le réel. La ségrégation ne se fait plus en fonction de la couleur de la peau mais en fonction de la connexion aux réseaux et aux technologies. Quelques jeunes vont s’insurger contre l’ordre établi et vont entrer dans une lutte violente et sans merci contre l’Etat policier.

Ce que j’en pense : De temps en temps, il nous parvient des acteurs culturels d’Afrique du Sud dont les créations ont un certain retentissement. Au cinéma, il y a Neill Bloomkamp (District 9, Elysium), en littérature de l’imaginaire il y a Lauren Beukes. Je n’ai pas encore lu ses autres romans qui on reçu un un accueil favorable. Je suis tombé sur Moxyland par hasard alors j’en ai profité pour découvrir.

Après cette lecture mon avis est plutôt mitigé. Je vais tout de suite parler du négatif. Je n’ai pas aimé les personnages. Ils sont trop vides, trop représentatifs de la société dans laquelle ils vivent ou bine ceux qui veulent s’opposer ne pensent même qu’ils peuvent être manipulés dans leurs actions.

D’un autre côté on ne peut pas enlever l’efficacité avec la quelle Lauren Beukes décrit une société où la technologie est omniprésente, où les sociétés régissent d’une manière dictatoriale la vie des gens, où les gouvernements n’ont plus grand chose de politique, où le téléphone est l’accessoire ultime dans la vie des gens. Écrit il y a sept ans et juste traduit en France, il y a des choses qui apparaissent comme plausibles et qui sont aujourd’hui tout à fait réelles.

Je pense que quand on se retrouve face à un roman d’anticipation, on s’attend à ce que les personnages vaillent le coup et que la société décrite soit crédible. Ici avec Moxyland, l’un est plus réussi que l’autre.

litt ima 3ed