Les oiseaux de lumière, Jean-Marc Ligny

les oiseaux de lumiere

L’histoire : Les oiseaux de lumière sillonnent  l’espace sous les yeux ébahis des humains. Oap Tao va être recruté par Frieda Koulouris qui espère en faire une vidéo pour une émission.

Ce que j’en pense : Ce fut une surprise de retrouver dans la boite aux lettres en début d’année ce roman gracieusement envoyé par l’éditeur ActuSF.

Je dois avouer que j’ai plus apprécié ce roman que la Saga d’Oap Tao. Ce personnage de baroudeur me semble avoir une dimension plus humaine. Plusieurs fois il doit s’interroger sur la notion d’amitié, il est remis en place régulièrement lorsqu’il pense un peu trop avec son bas-ventre. C’est marrant de voir ce personnage viril, parfois macho, rugueux, brut de décoffrage en somme, se faire manipuler par des filles sexy et qui savent ce qu’elles veulent.

J’ai retrouvé un monde spatial bariolé, excentrique voire bizarre. Certains personnages sont caricaturaux comme le sont les représentants de l’ordre du GRIS. Les extraterrestres sont étranges, ce qu’ils veulent faire avec les humains peut mettre mal à l’aise.

Je ne vois pas bien quoi dire d’autre. C’est agréable de se retrouver dans un tels space opera qui ne se prend pas au sérieux.

ssw-7

 

Publicités

Inner City, Jean-Marc Ligny

inner cityTitre : Inner City

Auteur : Jean-Marc Ligny

Editeur : ActuSF

Année : [1996] 2016

324 pages

L’histoire : Dans un futur proche, la société est divisée en deux parties : les inners, qui ont accès à la réalité virtuelle et qui n’est pour eux la seule réalité, et les outers, qui sont relégués en périphérie et qui tentent de survivre avec ce qu’on leur laisse.

Mais un fantôme sévit dans le réseau de réalité virtuelle. Ses apparitions entrainent la mort des inners plongés dans la réalité virtuelle. Une agent de la société qui gère le réseau de réalité virtuelle va être chargée de mettre fin à ses agissements. Elle va s’adjoindre les services d’un hacker qui cherche à bousculer les consciences des inners avec  des vidéos chocs.

Ce que j’en pense : Quand on parle de cyberpunk, on pense tout de suite au Neuromancien de William Gibson. Et puis la plupart des romans cyberpunk sont en langue anglaise. Mais avec Inner City voilà un roman cyberpunk français (il faut que je fasse attention, je deviens chauvin) tout à fait abordable. En tous cas bien plus agréable à lire que Neuromancien.

Le contexte est assez flou mais n’empêche pas de saisir le principal qui est la distinction entre la réalité virtuelle et la vraie réalité. Ce qui pourrait apparaitre comme presque irréaliste il y a vingt ans n’est plus de la SF aujourd’hui. Quand j’écoute la radio et que j’entends fréquemment des chroniques sur les casques de réalité virtuelle, je me dis qu’Inner City est plus qu’actuel. Ou bien la réalité a rattrapé la fiction.

Les personnages ne sont pas si transcendants que ça. Ce sont les personnages secondaires qui apportent une petite touche particulière. Surtout les deux mamies bretonnes : l’une est réfractaire aux nouvelles technologies et l’autre est accro à la marie-jeanne et prête à se taper tout ce qui bouge même le curé homosexuel. Les personnages des outers sont effrayants par leur langage, mélange dégénéré de français et  d’anglais, par leur violence induite par leur situation par rapport à la société.

Même si la relation entre le fantôme et son fils est un ressort du récit, j’ai trouvé les passages où il y avait ces deux personnages un peu plombant. Alors si Inner City comporte quelques éléments agaçants, il prouve tout de même que les auteurs français de SF n’ont pas grand chose à envier à leurs collègues anglo-saxons.

logo-pli

Grand Prix de l’Imaginaire 1997

La Saga de Oap Tao, Jean-Marc Ligny

oap taoTitre : La Saga de Oap Tao

Auteur : Jean-Marc Ligny

Editeur : ActuSF

Année : 2014

448 pages

L’histoire : Oap Tao est un baroudeur spatial plutôt spécialisé dans la contrebande. Un jour deux étudiants le contactent car ils souhaitent faire un mémoire sur sa vie. Alors il va leur raconter une de ses aventures.

Ce que j’en pense : Le Summer Star Wars est une bonne occasion pour ressortir des livres reçus lors de l’édition précédente.

Oap Tao est un personnage plutôt intéressant. Un embauché presque malgré lui dans des embrouilles tordues qu’elles soient pensées par des malfrats ou les forces de l’ordre. C’est aussi un partisan de la non-violence et un amateur de boissons fortes.

Les aventures de Oap Tao permettent d’avoir quelques réflexions sur la robotique et ses liens avec l’Humanité, sur la drogue et de ses conséquences sur le physique. Même si Oap Tao et son monde ont leurs particularités propres, il y a beaucoup d’éléments inspirés de Star Wars. Oap Tao est un contrebandier un peu dans la panade qui se voit confier une mission par un homme déformé par une drogue et qui ressemble maintenant à une limace géante, il se voit attribué un vaisseau moche mais très rapide. Moi ça m’a fait tout de suite penser à Han Solo, Jabba et au Faucon Millénium. Dans l’interview à la fin du livre Jean-Marc Ligny déclare qu’il n’aime pas la Guerre des Etoiles. Mais bon Jean-Marc il y a tellement de points communs que tu ne peux pas nier que tu as été influencé.

Les aventures de Oap Tao permettent de passer un bon moment de lecture et de se rendre compte que le space opera peut aussi exister en langue française.

ssw-3

litt ima 3ed