Silo, Hugh Howey

siloTitre : Silo (Wool)

Auteur : Hugh Howey

Editeur : Actes Sud

Année : [2012] 2013

557 pages

L’histoire : Dans un futur post-apocalyptique, les survivants se sont réfugiés dans un silo. Mais parmi eux certains ont tendance à remettre en cause le discours dominant. Ils peuvent alors sortir du silo pour découvrir une vérité blessante. D’autres essaient d’entamer une réforme de l’intérieur.

Ce que j’en pense : Voici un livre que les éditeurs et certains bien-pensants veulent nous présenter comme une réussite. Mais si vous connaissez Fallout 3, vous saurez dès le début que l’on ment aux habitants du silo.

C’est dur mais ça faisait longtemps que je n’avais pas eu à lire un roman aussi prévisible. En plus d’être prévisible, il est aussi bancal. Howey aurait écrit une nouvelle et sous l’influence de lecteurs enthousiastes il aurait construit un roman à partir de la nouvelle. La structure s’en ressent. On suit un personnage pendant x pages et il meurt. On en suit un autre pendant x pages et il meurt aussi. Quand le troisième personnage dépasse le nombre de pages des deux précédents je me suis dit qu’il allait survivre. Et ça était le cas. Howey a utilisé des procédés narratifs pas très subtils qui laissent facilement deviner la suite des évènements.

A cela il faut ajouter des personnages peu attachants ou stéréotypés (ah! Bernard ce méchant que l’on ne devinerait pas). A aucun moment je n’ai partagé les préoccupations de cette humanité aveugle, qui vit enfermée sans avenir.

C’est dommage d’avoir avec un sujet intéressant qui réussit aussi peu à accrocher le lecteur.

litt ima 3ed

Publicités

Venezzia, tome 1 : Wardelia

venezziaTitre : Venezzia, tome 1 : Wardelia

Scénario : Laurent Koffel

Dessin Noé Monin

Editeur : Carabas

Année : 2006

L’histoire : Après un catclysme, les terres ont été submergées et l’humanité s’est réfugiée dans une cité-monde perdue au milieu des océans. Un aristocrate est convaincu qu’il existe un Eden préservé et n’hésite pas à enlever une enfant pour qu’elle lui révèle la localisation de cet endroit.

Ce que j’en pense : Ce tome est un volume d’introduction. La trame est assez classique pour ne pas dire déjà vu : une Terre dévastée, la recherche d’un Eden non pollué qui serait la clé pour y accéder. Les auteurs ont fait le choix de l’action et la resucée de nombreux mythes mais ils ne touchent pas à l’environnementalisme.

C’est aussi un volume où il y a un melting pot des influences : steampunk, culture japonaise (samourai et robot méca), futurisme. Trop peut-être.

Il y a aussi un problème du côté des personnages. Il y en a une multiplication ce qui ne permet pas de bien savoir lequel va être le plus important et ils ne sont pas très intéressants.  A la rigueur le personnage le plus réussi est celui du méchant.

litt ima 3ed

Les danseurs de Lorgol, Mathieu Gaborit

crépusculaires2Titre : Les danseurs de Lorgol

Auteur : Mathieu Gaborit

Editeur : Mnémos

Année : 1996

267 pages

L’histoire : Agone, après la destruction de Souffre-Jour, a rejoint clandestinement Lorgol. Il tente de poursuivre sa formation. Mais deux individus sont à sa recherche : l’un pour assouvir une vengeance, l’autre pour s’emparer de la fée noire qui vit avec Agone afin de réaliser un complot.

Ce que j’en pense : Il est un peu difficile de se replonger dans le monde dans lequel vit Agone même s’il n’y a pas eu beaucoup de temps entre les deux lectures.

La plongée dans ce monde baroque et sombre s’accentue. Le personnage d’Agone étoffe son statut d’anti-héros. Mais il donne l’impression de subir les évènements. D’un autre côté, il subit mais acquiert pouvoirs et adjuvants qui l’aideront sûrement dans la suite de ses aventures.

Face à Agone il y a deux personnages mauvais comme la gale. Ils sont avides de pouvoir ou ont soif de vengeance et Agone est sur leur chemin  pour arriver à leur fin. Ce deuxième volet se finit en laissant le récit en suspens. Agone passe tout doucement du statut de paria à celui de sauveur sur qui repose le sort du royaume.

litt ima 3ed

Dark-fantasy-challenge

Le dernier voeu, Andrzej Sapkowski

le dernier voeuTitre : Le dernier voeu

Auteur : Andrzej Sapkowski

Editeur : Bragelonne

Année : 2008

320 pages

L’histoire : Geralt de Riv est un Sorceleur. Il lutte contre des créatures malfaisantes en utilisant aussi bien le glaive que la magie. Mais son activité fait l’objet de nombreuses critiques de la part des gens du peuple et des puissants.

Ce que j’en pense : Sapkowski est une célébrité dans son pays d’origine : la Pologne. Par chez nous il est moins connu que des auteurs anglo-saxons de fantasy. par contre son personnage Gerlat de Riv est plus connu car il notamment fait l’objet d’une adaptation en jeu vidéo (The Witcher).

Le livre est composé de courtes aventures, entrecoupé de passages qui permettent de connaitre le passé de Geralt. Enfant pris à sa famille pour devenir Sorceleur, il passe son temps sur les routes pour éliminer les créatures maléfiques qu’il pourrait rencontrer. Par la m^me occasion il se fait aussi des ennemis.

Les aventures de Geralt permettent à Sapkowski de revisiter contes et légendes traditionnelles. Ainsi Blanche-Neige est transformée en détrousseuse de grand chemin assistée de sept gnomes. Donc la plupart du temps les personnages des contes sont tournés en dérision, en tout cas ils sont loin de l’image que l’on a l’habitude de voir d’eux.

Mais même si les récits se lisent facilement et j’ai passé un bon moment, l’ensemble n’est pas si extraordinaire que ça. Peut-être que les romans (des vrais) seront plus intéressants.

Dark-fantasy-challenge

litt ima 3ed

A History of violence

A history of violenceTitre : A history of violence

Scénario : John Wagner

Dessin : Vince Locke

Editeur : Delcourt

Année : [1995] 2005

L’histoire : Tom McKenna tient un café sans prétention dans une petite ville paumée. Un jour, deux malfrats décident de le braquer. Tom en tue un et blesse le second. La presse va alors faire de lui un héros. Mais sa médiatisation va réveiller des personnes qu’il aurait préféré ne plus revoir.

Ce que j’en pense : Âmes sensibles, abstenez vous de vous approcher de ce roman graphique. Ouvrage qui a servi de base au film de David Cronenberg avec Viggo Mortensen et Ed Harris, celui-ci va nettement plus loin en matière de violence. Bien sûr quand on a déjà vu le film, il n’y a pas de surprise.

Ce qui saisit le plus c’est le dessin en noir et blanc qui permet de raconter un engrenage de violence qui semble inarrêtable. Les traits des personnages semblent à peine esquissés mais les visages et les corps martyrisés sont rendus avec une violence et une force parfois peu imaginable.

En fin de compte, l’histoire peut apparaitre comme très classique : la vengeance d’un ponte de la mafia contre deux jeunes qui ont voulu s’en prendre à lui. Mais c’est le dessin qui donne une grande intensité au récit, qui permet une plongée dans la violence à l’état pure.

Challenge des 52 semaines

Le challenge des 52 semaines est un type de challenge que j’ai rencontré plusieurs fois sur le net. A partir d’une liste d’idées il faut lire des romans dont le titre ou la couverture ont un rapport avec une des idées de la liste.

52 semaines

Petitetrolle a décidé de le reprendre et de le lancer uniquement pour des lectures SFFF. Elle propose une liste de 156 idées (!) mais heureusement le challenge est à durée illimitée.

La liste des idées :

1.    Un vaisseau spatial
2.    Une planète ou Lune ou Satellite
3.    Une ville de nuit dont on ne voit que les lumières
4.    Un sabre laser
5.    Un bidule technologique futuriste quelconque
6.    Des lunettes de soleil
7.    Une ville futuriste
8.    L’espace
9.    Un ou des robots
10.    Une ville en ruine
11.    Des aliens
12.    Un ou des soleils
13.    Des bottes
14.    Une épée
15.    Un cheval
16.    Un château
17.    Des montagnes
18.    Une bougie
19.    Une boîte (type coffre en bois, malle etc…)
20.    Une forêt
21.    Une ville médiévale
22.    Un loup (ou loup-garou)
23.    Des crocs (mais pas un loup ^^)
24.    Un poignard
25.    Un talisman
26.    Du feu ou des Flammes
27.    Une ombre
28.    Des dinosaures
29.    Une guerre
30.    Un dragon
31.    Un globe lumineux (type boule de cristal, pas un soleil ou un astre)
32.    Des tatouages
33.    Une boule de feu
34.    Une arbalète
35.    Un arc
36.    Une tempête
37.    Une cape ou caban
38.    Des chaînes
39.    Des câbles électriques
40.    Un regard méchant/agressif/noir
41.    Un combat
42.    Un voyage dans le temps
43.    Un(e) héro(ïne)s dont les initiales sont J.B.
44.    Des symboles (type cercles entrelacés ou autres)
45.    Des gouttes ou de la pluie
46.    Une planète abîmée ou en morceaux
47.    Une mer ou grande étendu d’eau
48.    Un miroir
49.    Un pont
50.    Une horloge/montre etc
51.    Un paysage ravagé
52.    Une sorcière ou un sorcier
53.    Des fils barbelés (pas de grille ou de grillage)
54.    Des cavaliers
55.    Une statue
56.    Une barque (ou une barge, mais pas un bateau)
57.    Une vallée
58.    Un pistolet
59.    Une fleur maléfique/dangereuse
60.    Un monstre
61.    Un cimetière
62.    Des ailes
63.    Une tombe
64.    Des fées
65.    Du brouillard
66.    Un masque
67.    Une crevasse/abyme/abysses
68.    Un personnage sous la pluie
69.    Un personnage blessé
70.    Une course poursuite dans l’espace
71.    Une femme nue
72.    Un homme nu
73.    Une couronne
74.    Un guerrier
75.    Un dôme
76.    Un bateau dans l’espace
77.    Un bateau sur l’eau
78.    Un bouclier
79.    Un dieu
80.    Un livre
81.    Un cyborg (ou homme moitié machine, moitié humain)
82.    Un vortex
83.    Des tours
84.    Un fantôme
85.    Un assassin
86.    Une croix
87.    Du sang
88.    Une ville suspendue
89.    Une matrice (tableaux/pluie de nombres comme ici: clic )
90.    Des empreintes de pas (homme ou animal)
91.    Une planète, lune ou satellite qui explose
92.    Une armure
93.    Des zombies
94.    Des hélicoptères
95.    Une tornade ou un cyclone
96.    Un personnage de dos
97.    Un clochard
98.    Une main tendue
99.    Un pont écroulé
100.    Un personnage en combinaison/casque
101.    Une bible (ou livre religieux sacré)
102.    Une cascade
103.    Un mur immense (mais vraiment immense, hein)
104.    Une vue au-dessus des nuages
105.    Un tunnel
106.    Une carte (géographique)
107.    Des étoiles
108.    Une montgolfière ou un dirigeable
109.    Des griffes (ou une marque de griffes)
110.    Un marais/un marécage
111.    Un roi/une reine
112.    La mort
113.    Un (ou des) nuage(s)
114.    Un étendard
115.    Un squelette
116.    Un étang ou un lac
117.    Une pyramide
118.    Un ninja
119.    De la musique (ou un instrument ou une note de musique)
120.    Un labyrinthe
121.    Une clé
122.    Une araignée
123.    Un félin
124.    De la fumée
125.    Un foulard
126.    Une pleine lune
127.    Une arène
128.    Un œil
129.    Un parchemin
130.    Une cicatrice
131.    Un ange
132.    Une lance
133.    Un escalier
134.    Un chapeau de sorcière
135.    Des menottes ou attaches
136.    Une trace de morsure
137.    Une falaise
138.    Un palais
139.    Des ronces
140.    Une grotte
141.    Un nain
142.    Un bâton magique
143.    Une fusée
144.    Des cailloux ou des rochers
145.    Un ours
146.    Une boussole
147.    Un voleur
148.    Un animal qui n’existe pas sur Terre (genre une bête d’une autre planète)
149.    Une arme futuriste
150.    Un ou des personnages qui fuient
151.    Une sirène
152.    Un elfe
153.    Un animal sauvage (un animal réel)
154.    Un ruban
155.    Une robe
156.    Une route qui serpente

En sa tour Annabelle

en sa tour annabelleTitre : En sa tour Annabelle

Auteur : Claude Ecken

Editeur : Le Bélial’

Année : 2010

Ce que j’en pense : La sœur du narrateur est atteinte d’une maladie mentale qui lui fait dire des phrases sans aucun sens. Elle est pour lui une source d’inspiration car ses phrases bien qu’ayant aucun sens sont empreintes de poésie. Inconsciemment elle fait preuve d’une maitrise littéraire. Le frère essayait d’y trouver un sens avant de finir par reconnaitre la beauté des mots et expressions utilisées. Régulièrement les propos de la sœur permettent d’avoir un récit poétique mais le problème c’est que l’on ne sait pas bien vers où l’auteur veut nous emmener.

Dans le texte : « Ma sœur traitait les mots comme des papillons bariolés qui illuminaient sa conversation de couleurs resplendissantes. Elle les époussetait de la poussière de sens qui les empesaient pour les restituer dans toute leur brillance, il retrouvaient avec elle la fraicheur de leur innocence.« 

jldnld

Histoires de voyages dans le temps

histoires de voyage dans le tempsTitre : Histoires de voyages dans le temps

Auteur : Collectif

Editeur : Le livre de poche

Année : 1975

357 pages

Ce que j’en pense : Pour le challenge RVLF, il faut lire des récits avec des voyages dans le temps. Alors je me suis tourné vers cette anthologie.

Les nouvelles sont précédées d’une préface très instructive de Jacques Goimard. Elle permet d’avoir une introduction et un panorama des différents types de voyages dans le temps.

Parmi les  auteurs des nouvelles il y a du connu et du peu connu. Il y a l’incontournable Poul Anderson et sa Patrouille du temps. Certains auteurs abordent le voyage dans le temps avec une tonalité humoristique comme Frederick Brown. pour certaines nouvelles le voyage dans le temps n’est pas très évident et je me suis posé la question de la raison de leur présence dans l’anthologie. Par contre certaines nouvelles qui mettent en scène un paradoxe temporel, ça se transforme en jeu de piste pour comprendre comment ça va se goupiller.

Don cette anthologie permet de balayer toutes les problématiques relatives au voyage dans le temps.

litt ima 3edChallengeRVLF-Retourverslefutur

Les chroniques de Nightshade, Stan Nicholls

nightshadeTitre : Les chroniques de Nightshade

Auteur : Stan Nicholls

Editeur : Bragelonne

Année : [1996, 1997, 1998] 2013

610 pages

L’histoire : Avoch-Dar, le mage du roi Eldrick, a été condamné à l’exil pour avoir comploter contre le roi. Mais Avoch-Dar revient en s’étant alliés à des créatures démoniaques. Seul Dalveen Leandor, le champion du roi, est en capacité de le battre. Mais lors de la bataille, Leandor perd un bras et Avoch-Dar réussit à s’enfuir. Leandor se retire pour digérer sa défaite mais il va découvrir qu’un grimoire peut lui rendre son bras. Mais Avoch-Dar convoite aussi ce grimoire.

Ce que j’en pense : La réédition annuelle de romans du catalogue de Bragelonne permet de découvrir des auteurs pour pas grand chose.

Ici avec Stan Nicholls on a droit à de la fantasy bien classique. Le héros, guerrier émérite, plein de bravoure, doit affronter un odieux magicien qui n’hésite pas à s’allier avec des démons venant d’un autre univers.

Mais le classicisme du cycle est son principal défaut. Les héros traversent les épreuves sans grande difficulté. Le même schéma est appliqué tout le temps : ils rencontrent un allié, ils combattent les ennemis, s’en sortent et on passe au stade suivant.

Ensuite les personnages sont bien peu approfondis. A part Leandor et Avoch-Dar, les personnages ont peu de consistance. Tycho, l’homoncule, on se demande à quoi il sert tant il apporte rien au récit. Bethan, la fiancée de Leandor, est une potiche, elle ne fait que geindre et attendre que Leandor revienne. A la rigueur il y a Shani qui soit un peu du lot mais elle reste sous-exploitée. Et ce n’est ce n’est pas avec ce que l’on apprend à la fin que cela va changer.

Oui la fin est quelque chose que Nicholls n’a pas réussi. Il insère au profit de Leandor un élément de SF, ce qui va lui permettre de vaincre Avoch-Dar. Mais ça donne une impression de baclage. Combat tant attendu entre le Bien et le Mal n’a pas lieu ou pas comme on l’espérait. En plus ça lui permet de finir dans un mega happy end hollywoodien.

litt ima 3ed