Le Coeur des batailles, tome 2 : Verdun

le coeur des batailles 2Titre : Le Coeur des batailles, tome 2 : Verdun

Scénario : Jean-David Morvan

Dessin : Igor Kordey

Editeur : Delcourt

Année : 2008

L’histoire : Blaise Boforlant continue le récit de la vie d’Amaréo Zamaï.

Ce que j’en pense : Au- delà de l’histoire de Zamaï, on a droit à la grande histoire, les pires batailles de la Première Guerre Mondiale. Ici c’est Verdun : des tranchées avec des ennemis qui peuvent se sentir, des artilleurs qui pillonnent même leurs propres soldats, une hiérarchie acceptant le principe d’une boucherie systématique.

Je comprends pourquoi Zamaï  a été considéré comme un danger par sa hiérarchie. Sa manière de combattre n’est pas celle d’un soldat, enfin pas celle du bon poilu destiné à servir de chair à canon. Il est en fait un guerrier qui tue à sa façon, qui fait la guerre à son rythme.

Bien sûr l’atmosphère est détendue par l’humour un peu graveleux de Blaise,  fait tout à fait étonnant de la part de ce personnage lettré et âgé.

Le Coeur des Batailles, tome 1 : La Marne !

Titre : Le Cœur des Batailles, tome 1 : La Marne !

Scénario : Jean David Morvan

Dessin : Igor Kadey

Editeur : Delcourt

Année : 2007

Note : 18/20

L’histoire : Juin, 1940, un journaliste américain rencontre un vieil homme au crépuscule de sa vie. Il a traversé l’Atlantique pour en apprendre plus sur un homme qu’il a rencontré lors de la guerre de 14. Le vieil homme va se replonger dans des souvenirs sombres, quelquefois héroïques, souvent troublants.

Ce que j’en pense : En commençant le récit par la fin, cet album ne pouvait qu’attiser ma curiosité. Pourquoi en 1917 la hiérarchie militaire veut fusiller Amaréo Zamaï soldat français originaire des colonies ? C’est par le biais d’un entretien entre un journaliste américain et Blaise Boforlant qui l’a connu dès 1914 que l’on va découvrir qui est Zamaï et ce qu’il représente.

Zamaï est un personnage qui fascine ceux qui l’entourent. Ça oscille entre homosexualité latente et crainte infondée. C’est une âme tranquille, il ne semble pas concerné par les entrainements réalisés à l’arrière . Mais lorsqu’il se retrouve  au combat c’est un dieu-guerrier qui ne craint pas la mort.

Alors pourquoi le fusiller ? Cette première partie n’y répond pas mais est assez intrigante pour vouloir connaitre la suite.