Après la nuit

apres la nuitTitre : Après la nuit

Scénario : Richard Guérineau et Henri Meunier

Dessin : Richard Guérineau

Editeur : Delcourt

Année : 2008

 

L’histoire : Un cavalier entre en ville avec deux cadavres sur un cheval de bât. Il en réclame la prime et prend une chambre d’hôtel. Les adjoints du shérif impressionnés ne lui confisquent pas ses armes. Le shérif va devoir s’en occuper. Ce qui devait n’être qu’une simple formalité va se transformer en une invitation à un duel au petit matin.

Ce que j’en pense : Un petit passage par le western de temps en temps ça fait du bien. Ce western n’est pas très impressionnant. Il n’y a pas de fusillades, pas de sales gueules et de putes bien gaulées.

On se retrouve plutôt dans un western réaliste. Un récit où l’on retrouve trois personnages. Un shérif qui assure plutôt bien la sécurité dans sa ville, mais qui a bien sûr un secret. L’autre personne au courant du secret est une prostituée défigurée lors d’une fusillade quelques années plus tôt. Elle va se prendre d’amitié pour le jeune qui débarque en ville sous le nom d’une crapule tuée par le shérif. Jeune qui se retrouve embringué dans une histoire à l’issue fatale plus par innocence que par bêtise.

Le récit se base beaucoup sur le non-dit, l’absence d’échanges entre les protagonistes va créer des situations tendues. Par moment les cases se succèdent dans un silence qui ferait penser à Sergio Leone (la musique en moins). Bien sûr l’issue est prévisible lorsqu’est révélée par petites touches l’histoire des personnages. L’histoire n’a pas de moralité, elle est juste la description d’un moment dans une ville de l’Ouest américain.

Publicités

L’étoile du désert

l'etoile du désert 1Titre : L’étoile du désert (2 tomes)

Scénario : Stephen Desberg

Dessin : Enrico Marini

Editeur : Dargaud

Année : 1996

L’histoire : 1870, Matt Montgomery occupe un poste important au ministère de l’Intérieur à Washington. Sa vie est monotone et sans éclat. Un soir alors qu’il rentre chez lui, il va retrouver sa femme et sa fille violées et poignardées. Montgomery va alors partir dans l’Ouest pour découvrir qui les a tuées et pour quelle raison.

Ce que j’en pense : DesbergMarini, voilà un duo efficace de la BD (Le Scorpion, Empire USA). L’étoile du désert est leur première collaboration. On suit un personnage avec le visage de Sean Connery dans sa quête de vérité. L’histoire envoie un homme de la capitale, qui a de belles conceptions sur la confrontation entre la civilisation et la sauvagerie, en plein Far-West où règne la loi du plus fort.

l'etoile du désert 2L’histoire reste assez classique mais est pleine d’ambiguïtés. La fin est plutôt surprenante, comme quoi les salauds peuvent avoir des sentiments. L’ensemble permet de réfléchir sur la notion de civilisation.

Le dessin de Marini nous donne des hommes taillés comme des brutes et des femmes au corps de bimbos, un dessin qui ne changera des séries qui vont suivre comme Gipsy, Les Rapaces ou le Scorpion.

Jerry Spring, tome 6 : La piste du grand nord

jerry spring 6Titre : Jerry Spring, tome 6 : La piste du grand nord

Auteur : Jijé

Editeur : Dupuis

Année : 1958

L’histoire : Jerry Spring aide à prouver l’innocence d’un homme condamné pour avoir tué un homme.

Ensuite Jerry Spring assiste un vieil homme dont les associés sont tués les uns après les autres et dont rascals convoitent la mine d’or.

Ce que j’en pense : Avec ce sixième volume on a droit à deux récits du cow-boy redresseur de torts. Ça donne pour le coup des histoires plutôt peu développées et classiques dans leur canevas. Ça se joue plutôt du côté des personnages. Jerry Spring reste toujours égal à lui-même : droit, inflexible, toujours prêt à arrêter sa route pour redresser les torts.

Le plus intéressant reste Sancho. Quand un suspect a la réputation d’être un pilier de comptoir, il n’hésite pas à aller dans les saloons pour mener son enquête. C’est son caractère débonnaire qui donne une tonalité un tout petit peu différente aux récits.

Donc ça reste du Jerry Spring classique : personnages attachants, méchants retors et dessin toujours aussi grande classe.

Jerry Spring, tome 5 : La passe des Indiens

jerry spring 5Titre : Jerry Spring, tome 5 : La passe des indiens

Auteur : Jijé

Editeur : Dupuis

Année : 1957

L’histoire : Jerry Spring et Pancho découvrent une caravane attaquée par des Indiens. Mais cela leur parait étrange car la tribu du coin a enterré la hache de guerre depuis longtemps. En ville les esprits s’échauffent et les gens sont prêts à en découdre avec les Peaux-Rouges.

L’histoire : Je continue ma redécouverte des aventures du cow-boy Jerry Spring. Pour une BD contemporaine des grands westerns il est étonnant de voir quelle humanité il peut y avoir dans le comportement de Jerry Spring. Pour lui les Indiens ne sont pas des êtres qu’il faut à tout prix spolier ou éliminer. C’est un cow-boy avec un grand esprit de tolérance que ce soit dans ses rapports avec les Indiens ou avec son comparse Pancho.

Donc d’un album à l’autre il n’y a pas forcément grand chose à dire de plus. C’est toujours agréable de retrouver le dessin dynamique de Jijé, dessin qui prend toujours de plus en plus de force.

Jerry Spring, tome 4 : Trafic d’arme

jerryspring4Titre : Jerry Spring, tome 4 : Trafic d’arme

Auteur : Jijé

Editeur : Dupuis

Année : 1957

L’histoire : Jerry Spring accepte de faire le journaliste pour un journal de la côte Est. Il doit enquêter sur les événements qui se déroulent au Mexique. Par la même occasion il accepte de convoyer des machines à coudre. a la frontière il se fait  contrôler par les Mexicains, ils découvrent que les machines sont en fait des fusils et le voilà à deux doigts de se faire fusiller.

Ce que j’en pense : Quatrième aventure de Jerry Spring. Cette fois-ci il traverse la frontière américano-mexicaine pour enquêter sur la Révolution qui est en train de s’y dérouler. Encore une fois c’est Pancho qui lui sauve la vie. C’est vrai que sur les coup des machines à coudre Jerry Spring a plutôt été naïf.

Donc les deux compères se retrouvent en plein révolution mexicaine, avec tout ce que cela implique : avancées, reculades, ordres et contrordres. A cela s’ajoute des Indiens qui ont pris le sentier de la guerre. Les deux compères vont devoir bien louvoyer pour pouvoir s’en sortir.

Au fur et à mesure des épisodes, le dessin s’est beaucoup affirmé et est maintenant bien dynamique, ce qui va bien avec un récit riche en rebondissements.

Jerry Spring, tome 3 : Lune d’argent

lune d'argentTitre : Jerry Spring, tome 3 : Lune d’argent

Auteur : Jijé

Editeur : Dupuis

Année : 1956

L’histoire : Pancho retrouve Jerry Spring en mauvaise posture face à des Peaux-Rouges, une transaction commerciale qui a mal tourné. Pancho va le sortir de ce mauvais pas et Spring va lui expliquer pour quoi il se fait passer pour un marchand : il est à la recherche d’une blanche qui a été enlevée et élevée par les indiens.

Ce que j’en pense : C’est toujours agréable de retrouver les deux compères. Les rapports entre eux se densifient, ils sont de plus en plus sur un pied d’égalité. Spring n’hésite pas à laisser agir Pancho pour le bien de son enquête.

Sinon que dire d’autre? Que c’est un bon western, ça donne même envie de s’enfiler des vieux films pour retrouver ce genre de personnages et d’ambiance. Par contre je suis un peu déçu par la fin qui m’a donné l’impression d’être un peu vite fait.

Jerry Spring, tome 2 : Yucca Ranch

jerryspring2Titre : Jerry Spring, tome 2 : Yucca Ranch

Auteur : Jijé

Editeur : Dupuis

Année : 1956

Note : 16/20

L’histoire : Alors qu’il est parti à la recherche d’un cheval pour Pancho dont la monture est blessée, Jerry Spring tombe sur un jeune homme aux prises avec deux rascals. Il va mettre le nez dans une histoire d’enlèvement dans le but de faire pression sur le propriétaire d’un ranch pour qu’il le vende.

Ce que j’en pense : Yucca Ranch est le deuxième volet des aventures du cow-boy qu’est Jerry Spring. C’est encore une claque. Le dessin est toujours aussi bon. C’est du côté de l’histoire que c’est bien, complexe à souhait. On a droit à une évasion d’un village troglodyte, une fuite en chariot à travers des territoires indiens dont les populations sont sur le pied de guerre, un ranch sous lequel il y a du pétrole attisant les convoitises.

Jerry Spring reste toujours égal à lui-même. C’est le personnage de Pancho qui prend de la consistance. Il n’apparait pas vraiment comme un faire-valoir pour Jerry Spring, il est juste un ami qui veut partager des aventures.

Jerry Spring, tome 1 : Golden Creek

jerry spring 1Titre : Jerry Spring, tome 1 : Golden Creek

Auteur : Jijé

Éditeur : Dupuis

Année : 1955

Note : 17/20

L’histoire : Jerry Spring, cow-boy errant, rencontre un Mexicain poursuivi par une bande qui est bien décidée à s’en prendre à lui. Spring va calmer tout ce joli monde avant d’arriver en ville où il va se faire embaucher comme shérif adjoint. A partir de là il va enquêter sur une bande de mexicains qui traverse la frontière pour piller les gringos. Mais ses recherches ne vont pas forcément lui permettre de se faire des amis.

Ce que j’en pense : Je ne vais pas dire que Jerry Spring c’est toute ma jeunesse mais comme Blueberry c’est un cow-boy que j’avais l’habitude de voir en BD. Ça fait plaisir de retrouver ce dessin sobre mais efficace, très réaliste et détaillé. Le dessin c’est bien tout ce dont je me souvenais. Le personnage a été une bonne découverte. Bien sûr Jijé, pour son personnage, prend beaucoup d’éléments du western cinématographique, ce qui donne un cow-boy honnête et loyal, redresseur de torts. A ses côtés va apparaitre un Mexicain qui va rester plutôt dans l’ombre dans cet épisode mais qui va s’étoffer à l’avenir.

C’est une lecture qui m’a permis de me rendre compte que même si cette série a bientôt soixante ans, elle est toujours diablement efficace.

Buddy Longway Tome 2 – L’ennemi

buddy longway 2Titre : Buddy Longway Tome 2 – L’ennemi

Auteur : Derib

Edition : Editions du Lombard

Année : 1975

 

L’histoire : Buddy Longway et sa femme indienne Chinook partent à la recherche d’un endroit tranquille pour construire leur cabane. Alors qu’ils croient avoir trouvé l’endroit idéal, un animal leur vole de la nourriture, s’en prend à leurs chevaux. Buddy va essayer d’éliminer cet animal qui met en danger la vie de sa femme.

Ce que j’en pense : Il y a bien longtemps j’ai pu lire des BD de Buddy Longway, j’avais moyennement accroché avec ce personnage. Visage pâle aux cheveux d’or, Buddy est un trappeur qui a des liens étroits avec les indiens, il n’hésite pas à adopter certaines de leurs traditions.
Il a un petit peu côté Jeremiah Johnson, dans le genre ça pouvait être intéressant.

Mais ici j’ai été très déçu : le scénario est assez squelettique, je suis resté sur ma faim. Quand je suis arrive à la fin, je me suis dis que ça ne pouvait pas finir comme ça.

Les personnages sont assez transparents, Buddy est presque sans peur mais il n’a beaucoup d’épaisseur psychologique. Chinook, sa femme, en voulant la représenter de la manière la plus réaliste, je trouve que Derib en fait presque une caricature.

Alors pour me lire un western je préfère encore me remettre dans un Blueberry.