Lady Spitfire (3 tomes)

lady spitfire 1Titre : Lady Spitfire

Scénario : Sébastien Latour

Dessin : Maza

Editeur : Delcourt

Année : 2012-2013

 

L’histoire : Fille d’un as de la Première guerre mondiale, Laure Chevalier ne vit que pour pouvoir voler. Lorsque la la France entame sa débâcle en 1940, elle s’enfuit en Angleterre. Elle réussit à intégrer un escadron de chasse en se faisant passer pour un homme. Mais elle doit lutter sur deux fronts : dans les airs contre les Allemands et au sol contre les préjugés des autres pilotes et de la hiérarchie.

Ce que j’en pense : Voilà quelque temps que je ne m’étais pas remis dans une série sur l’aviation. C’est surtout les couvertures dessinées par Manchu (le maitre ) qui m’ont décidées.

lady spitfire 2On retrouve une héroïne plongée dans un monde très masculin : le milieu de l’aviation en temps de guerre. Sa situation nous permet de redécouvrir l’organisation des rapports entres les deux sexes pendant la Seconde guerre mondiale.

Mais une fois que Laure a trouvé sa place et est acceptée par les membre des son escadron, on a droit a de belles batailles aériennes avec des pilotes héroïques et simples qui ne veulent que défendre leur pays. Il y a même un passage particulièrement touchant d’un hommage de la population locale à un des pilote décédé en mission.

Je regrette juste que le troisième volet soit construit sur la base de flashbacks un peu alarmistes sur le sort de Laure. Ça casse le rythme et puis ça déçoit quand on arrive à la fin.

lady spitfire 3Lady Spitfire est une bonne série haletante avec une héroïne qui réussit à réaliser son rêve et qui réussit à prouver qu’elle peut faire autant de choses qu’un homme voire même mieux.

Le genre d’héroïne que j’aimerais voir plus souvent en BD, elle réussit grâce à ce qu’elle sait faire et non grâce à son physique.

Publicités

Le pilote à l’edelweiss, tome 1 : Valentine

EDELWEISS#1_mep_cover.inddTitre : Le pilote à l’edelweiss, tome 1 : Valentine

Scénario : Yann

Dessin : Romain Hugault

Editeur : Paquet

Année : 2012

L’histoire : En 1917 , les frères Castillac participent au conflit qui déchire le monde. Henri est pilote de chasse, Alphonse, ancien pilote, est dans les chars. Henri n’hésite pas à accomplir des missions périlleuses mais quand il se retrouve confronté au pilote allemand surnommé le « pilote à l’edelweiss » il est complètement désemparé.

Ce que j’en pense : Ce qui est embêtant avec une bibliothèque c’est qu’il est plutôt rare de pouvoir emprunter une série en entier. Là c’est encore le cas.

L’action se déroule en pleine Première guerre mondiale, événement historique qui semble un peu délaissé par la BD. Alors on retrouve les représentations des boucheries des tranchées, la symbolique chevaleresque qui accompagnait les pilotes, la fascination qu’ils exerçaient sur les troupes au sol.

Comme toujours pour les BD illustrées par Romain Hugault, on a droit a une représentation minutieuse des avions. A la rigueur les avions présents sont presque aussi importants que les personnages. En tous cas ils sont caractéristiques, pas comme les personnages mis en scène. A chaque série j’ai l’impression que les personnages sont faits sur le même modèle et qu’il n’y a pas grand chose qui les distingue entre eux.

Au-delà des nuages, tome 2 : Combats

Titre : Au-delà des nuages, tome 2 : Combats

Scénario : Régis Hautière

Dessin : Romain Hugault

Éditeur : Paquet

Année : 2007

Note : 16/20

L’histoire : Après son accident d’avion qui l’a défiguré Pierre Lucas-Ferron s’est reconverti en pilote acrobatique où il tente la mort à chaque exhibition. Mais lorsque la guerre éclate en Europe il décide de s’engager dans la RAF pour donner un semblant de sens à sa vie. Au cours des ses missions il va croiser Allan celui qu’il tient pour responsable de la destruction de son couple et de sa carrière.

Ce que j’en pense : Avec ce volume on passe des duels entre avions de course à des duels entre chasseurs au cours d’une guerre. Pierre pilote mais lors de son vol il va prendre le plus de risques possible parce que sa vie ne compte plus tellement pour lui. Alors on se retrouve avec un mélange de bravoure, de courage et surtout  de peur.  Je trouve dommage que le récit se focalise principalement sur Pierre, Allan est quasi-inexistant, l’opposition entre les deux personnages aussi.

On retrouve une fois encore  le dessin de Romain Hugault, précis, très détaillé, presque maniaque.

On referme ce volume avec un certaine tristesse car le destin de Lucas-Ferron est tragique, Au-delà des nuages est bien le récit d’un homme brisé par la vie.

Au-delà des nuages, tome 1 : Duels

Titre : Au-delà des nuages, tome 1 : Duels

Scénario : Régis Hautière

Dessin : Romain Hugault

Edition : Paquet

Année : 2006

Note : 14/20

L’histoire : 1933, Pierre Lucas-Ferron, pilote de l’Aéropostale s’écrase dans la Cordillère des Andes. Il est secouru par Allan Thompson, pilote qui était venu pour faire des prises de vues des montagnes.

Entre eux deux va naitre une amitié avec une passion commune : l’aviation. Mais l’amitié va se transformer en rivalité quand la fiancée de Pierre va se rendre aux Etats-Unis pour poursuivre une carrière d’actrice sous la protection d’Allan.

Ce que j’en pense : On lit ce premier volume d’Au-delà des nuages comme on regarderait un vieux classique du cinéma. C’est tout une époque qui ressort avec la description d’un milieu propice à la rivalité masculine : celui des courses d’avions dans les années 30. Les dessins de Romain Hugault en décrivant de manière réaliste les avions, des formule 1 des airs permettent une véritable immersion dans cette époque.

Le récit reste au niveau des deux personnages principaux mais on sent qu’il y a derrière les courses d’avions des enjeux plus importants : politiques et industriels lorsque des députés font cause commune avec des représentants des constructeurs aéronautiques.

Le ressort de l’histoire peut paraitre classique : deux hommes amis mais entre qui une rivalité va naitre car une femme va se mettre entre eux. Mais comme j’apprécie beaucoup le trait de Hugault, c’est sans problème que j’ai suivi l’affrontement entre ces deux hommes qui va jusqu’au tragique.

Flotille 66, tome 1 : Les messagers de l’atome

Titre : Flotille 66, tome 1 : Les messagers de l’atome

Scénario : Romuald Pistis

Dessin : Michel Lourenco

Edition : Zéphyr

Année : 2010

Note : 8/20

L’histoire : Dans un futur proche, les Rafale du Charles-de-Gaulle sont chargés d’escorter des porte-conteneurs chargés d’uranium pour des centrales nucléaires en construction aux Emirats Arabes Unis. Mais un groupuscule est bien décidé à s’en emparer.

Ce que j’en pense : Que c’est dur de lancer une série avec des pilotes de l’aéronavale, surtout après la classique série Buck Danny.

Pourtant il y avait du matériau intéressant. Plutôt que de faire des aventures aériennes dans un cadre américain pour quoi ne pas le faire dans un cadre français ? On a des avions classes et une situation géopolitique qui permet des extrapolations.

Mais non, j’ai eu l’impression que tout était gâché par la forme. Une planche de cet album n’a pas de linéarité, c’est juste un amas de cases où l’on cherche le sens. En mêlant deux intrigues, on les rend toutes les deux chiantes. Et de la parlote il y en a, certains passages sont plus qu’explicatifs alors que moi je recherchais un peu d’action.

Il n’y a pas grand chose dans ce volume qui me donne envie de poursuivre la série.

Le grand duc, tome 1 : Les sorcières de la nuit

le grand duc 1Titre : Le grand duc, tome 1 : Les sorcières de la nuit
Scénario : Yann
Dessin : Romain Hugault
Édition : Paquet
Année : 2008

L’histoire : 1943, front de l’Est. Wulf est pilote dans la Luftwaffe. Profondément anti-nazi, il n’en reste pas moins un excellent pilote. Lilya, pilote dans l’armée soviétique, doit faire ses preuves pour pouvoir piloter un avion de chasse.

Ce que j’en pense : Je vais avoir du mal à trouver des choses négatives tant j’ai bien aimé cet album. On se retrouve plongé en pleine Seconde guerre mondiale, sur le front de l’Est, dans un affrontement acharné entre les nazis et les soviétiques. D’un côté il y a une supériorité aérienne certaine, que ce soit en matière de pilotes ou de matériel. De l’autre côté il y a du matériel vétuste et des pilotes qui sont presque abandonné par leur hiérarchie mais qui se battent avec leur tripes.

Au milieu d’eux il y a Wulf et Lylia. Tous deux sont un peu en décalage par rapport à ceux qui est demandé aux membres de leurs corps. L’un est anti-nazi, ce qui est mal vu de sa hiérarchie. Il doit aussi penser à sa fille, qui a déjà perdu sa mère. On peut comprendre sa volonté de s’opposer à l’uniformisation des esprits mais il n’est pas tout seul. L’autre est une femme dans le milieu très masculin des pilotes de chasse. Avant cela elle était dans un escadron d’avions dépassés qui n’étaient bon qu’à être sacrifiés.

Puis les dessins de Romain Hugault sont vraiment classes. Cela fait longtemps que je n’avais pas lu une BD dont les dessins m’avaient autant tapé dans l’œil.

C’est deux personnages auxquels je me suis attaché et là je suis dépendant de la bibliothèque pour connaître la suite de leur histoire.

Ciel en ruine, tome 2 : Alarmstart

alarmstartTitre : Ciel en ruine, tome 2 : Alarmstart
Scénariste : Philippe Pinard
Dessin : Olivier Dauger
Édition : Paquet
Année : 2008

L’histoire : Nikolaus Wedekind, jeune pilote, est affecté dans une escadrille où il devra piloter un avion à réaction Messershmitt 262. Il va alors découvrir la difficulté de voler avec un appareil qui peut être supérieur aux avions à hélice mais qui possède de nombreuses faiblesses.

Ce que j’en pense : Se situant en fin de guerre, l’action de Ciel en ruine aborde un épisode qui est souvent laissé de côte : l’introduction d’avions à réaction et autres équipements plus sophistiqués que des mitrailleuses. On se rend compte que les pilotes devaient lutter contre deux ennemis : les alliés dans le cas présent et leur propre matériel. Ils étaient des cobayes et le champ de bataille un terrain d’expérimentation.

Par contre j’ai trouvé le dessin un peu vieillot, il m’a un peu fait penser à la série Blake et Mortimer alors que c’était encore dessiné par Edgar P. Jacobs.

Le côté réaliste du récit est atténué par certains passages où Nikolaus tient une conversation avec le chien mascotte de la base. Celui-ci apparait comme la conscience de Nikolaus, mais ce procédé m’a un peu déçu.

Thunderhawks, tome 2 – Le fantôme de la Sierra

thunderhawks 2Titre : Thunderhawks 2  – Le fantôme de la Sierra

Scénariste : François Corteggiani

Dessinateur : Michel Suro

Édition : Soleil Productions

Année : 1994

L’histoire : Années 20, frontière américano-mexicaine. Warren Tufts, ranger et pilote d’avion, est contacté par un shérif pour retrouver un pilote décédé au Mexique. Ils vont se retrouver en pleine insurrection et vont devoir se défendre comme ils peuvent pour rester en vie.

Ce que j’en pense : Pendant longtemps les séries de BD mettant en scène l’aviation que je lisais se limitaient à Buck Danny, Dan Cooper et Tanguy et Laverdure, que du classique en fin de compte. En trouvant ce volume à la bibliothèque, je me suis dit que cela pourrait changer.

Les années 20, un pays en pleine effervescence révolutionnaire, des vieux coucous, des pilotes casse-cous c’était pleins d’éléments intéressants.

Mais il y a deux choses que je n’ai pas apprécié. Le dessin tout d’abord. Je n’aime pas ce trait irrégulier, je trouve que ça ne fait pas propre, que ça fait fouillis. Ensuite le manque d’épaisseur psychologique des personnages. L’action est presque omniprésente, ça ne s’arrête jamais mais c’est un peu lassant. J’ai eu l’impression d’être perdu dans l’action.

Un volume décevant même si Corteggiani est au scénario (il avait œuvré sur la jeunesse de Blueberry).