Magies secrètes, Hervé Jubert

magies-secretes

L’histoire : Sequana est une ville dont les dirigeants veulent faire disparaitre les êtres féériques. Goerge Beauregard, agent du pouvoir en place recueille ces créatures dans son hôtel particulier.

Chargé d’enquêter sur la disparition du neveu de l’empereur, il va être aidé par une jeune fille aux étranges pouvoirs. En un temps très réduit, il va devoir découvrir ce qui risque de déstabiliser les relations entres les humains et les féeriques.

Ce que j’en pense : Après la Trilogie Morgenstern, voici une autre trilogie reprenant les mêmes ingrédients. On suit un enquêteur un peu particulier, on se doute qu’il n’est ni tout à fait humain ni tout à fait féerique. Ce qui le rend plus sensible à certaines questions.

Mais ce qui vaut le coup ce sont les personnages qui l’entourent ou qu’il va rencontrer au cours de son enquête.

Je reconnais qu’il est un peu difficile d’y entrer car on se retrouve dans un monde dense, avec presque un trop plein d’informations : je pense aux notes de bas de pages très fréquentes et assez conséquentes.

J’ai apprécié de me retrouver dans un roman au rythme enlevé, avec de nombreux clins d’oeil historiques.

M.O.N.S.T.R.E. 1 : Coeur de Harpie, Hervé Jubert

coeur de harpieTitre : M.O.N.S.T.R.E. 1 : Coeur de Harpie

Auteur : Hervé Jubert

Editeur : Rageot

Année : 2014

200 pages

L’histoire : Milo est le fils d’un multimilliardaire qui vient de disparaitre dans le crash de son avion. Un jour il voit débarquer les membres du groupe qu’il a constitué dans un jeu en ligne. Alors avec l’aide des six joueurs, il va essayer de découvrir qui les a fait se réunir.

Ce que j’en pense : Après la Trilogie Morgenstern qu j’avias pris beaucoup de plaisir à lire, je me suis lancé dans MONSTRE, série de sept romans ( le troisième sort en septembre) et plutôt tourné vers un public young-adult.

Dans ce roman Hervé Jubert convoque de nombreuses références pour que l’on ait un roman assez riche. Les personnages sont des ados mais j’ai senti qu’Hervé avait de la difficulté à ne pas les faire penser et agir comme des adultes.

Il y a un mélange de fantastique, de mythologie, de références aux jeux vidéos et au cinéma. J’ai été étonné d’y retrouver une références à Mothra Contre Godzilla, Film que j’ai vu il y a bien longtemps.

C’est un premier roman de présentation mais il s’y passe des choses (ce n’est pas toujours le cas) et il laisse de nombreuses questions sans réponse. Alors vivement la suite.

Sans titre

La trilogie Morgenstern 3 : Sabbat Samba – Hervé Jubert

Titre : La trilogie Morgenstern 3 : Sabbat Samba

Auteur : Hervé Jubert

Edition : Points

Année : [2004] 2008

438 pages

Note : 15/20

L’histoire : Carmilla Banshee a réussi à mettre au monde une petite fille avec une partie de l’ADN du Diable. Elle va l’utiliser pour invoquer le Diable et ainsi mettre en place un ordre où la magie noire sera prépondérante.

Roberta Morgenstern avec l’aide de Grégoire Rosemonde va enlever la petite Lillith pour la protéger et sauver le monde dans lequel elle vit.

Ce que j’en pense : Enfin le troisième volet de cette série que j’ai commencé il y a peu plus d’un an.

Qu’en dire ? Juste que ça finit d’une manière magistrale. Comme pour les deux précédents, Hervé Jubert alterne, dans un monde loufoque et imaginaire, des passages humoristiques avec des passages plus sombres. C’était terrible la disparition de Ringo Gustavsson, fils du hérisson télépathe, jusqu’à la fin j’ai espéré qu’il y ait un deus ex machina pour que la famille Gustavsson ne soit pas amputée d’un membre.

C’est un peu dommage que Jubert ait multiplié les personnages pour ce dernier épisode. Même s’ils ont tous leur place j’ai trouvé que cela faisait un peu fouillis. Toutefois comme ils sont nombreux cela multiplie les points de vue et accélère le rythme.

Ce qui m’étonne avec cette série, c’est qu’elle a été publiée dans un premier temps pour la jeunesse. Alors qu’à la lecture je me suis rendu compte que certains éléments d’humour relevaient presque de la « private joke », il faut avoir une certaine culture pour les comprendre.

Un tango du Diable, Hervé Jubert

un tango du diableTitre : un Tango du Diable ( Trilogie Morgenstern 2)

Auteur : Hervé Jubert

Edition : Points Fantasy

Année : 2008

342 pages

L’histoire : Deux ans après l’affaire du « Quadrille des Assassins », Roberta Morgenstern vit le parfait amour avec le professeur Rosemonde. De son côté Clément Martineau continue ses études de sorcier de l’air. Mais un tueur en série particulièrement sanglant met en émoi Bâle. Morgenstern et Martineau vont devoir reprendre du service.

Ce que j’en pense : Que dire de ce livre? Ça part dans tous les sens. Jubert fait référence à plein d’éléments de la littérature fantastique, de science-fiction ce qui donne un univers très particulier.

J’ai apprécié bien plus ce volume que le précédent, peut-être le fait qu’on ne débarque plus dans un monde totalement inconnu. J’ai bien aimé retrouver Roberta, tornade rousse, grande amatrice de gaines (surtout quand elle est électrique et qu’elle peut servir d’arme), mais aussi attristée par la disparition d’Hans-Friederich, son hérisson télépathe grand amateur des Beatles.

Par contre pour Martineau je suis plus mitigé par son évolution. Il me semblait être parti du bon côté avec la découverte de ses pouvoirs magiques. Bien sûr il est toujours un peu benêt, amoureux en secret de sa prof de droit satanique. Mais sa proximité avec le ministre de la Sécurité fait un peu de lui un con et je suis déçu par cela car il pouvait être sympathique. En fait il forme difficilement un couple d’enquêteurs efficaces avec Roberta tant il peut sembler pédant par moment.

Malgré un Martineau qui m’a semblé mal tourner, une fin de roman qui n’en est pas une, je me suis bien amusé avec ce roman au rythme soutenu et au contenu délirant tant Jubert mélange les genres.

D’autres avis chez Rongeuse de livres, chez Loula et le Dévore Tant.

Le Quadrille des Assassins, Hervé Jubert

Morgenstern 1Titre : Le Quadrille des Assassins (Trilogie Morgenstern 1)

Auteur : Hervé Jubert

Editeur : Points Fantasy

Année : 2008

368 pages

Note : 4/5

L’histoire : Dans la ville historique de Londres, un assassin éventre des jeunes filles. Roberta Morgenstern, enquêtrice ua bureau des affaires criminelles, est mise sur l’affaire. On lui adjoint un novice en la matière, Clément Martineau. Leurs soupçons vont assez rapidement se porter sur le comte Palladio.

Ce que j’en pense : Premier volet d’une trilogie mettant en scène Roberta Morgenstern, sorcière travaillant comme enquêtrice criminelle, le Quadrille… mélange tous les genres. Mais il peut facilement être inscrit dans le genre steam punk.

On se retrouve dans un monde où les nanotechnologies (banales) côtoient des technologies que l’on pourrait considérer comme obsolètes de nos jours : voiture de sport pétaradante et hydravion. A cela il faut ajouter un petit peu de magie, et voilà où Hervé Jubert nous envoie.

Maintenant avec qui il nous envoie : Roberta Morgenstern, magicienne quinquagénaire rondelette toujours en gaine; Martineau, riche héritier, suivant à la lettre son manuel d’apprenti enquêteur, qui se retrouve adjoint à Roberta, ce qui ne se fait pas sans heurts ni sans humour.

Et de l’humour il y en a, comme le sort viking pour punir les soiffards : si on fait mine de boire de l’alcool vaut mieux ne pas le faire à proximité de l’eau sinon les bras des divinités viendront vous saisir pour faire passer le goût de l’alcool.

Ce que je peux regretter c’est la segmentation du roman. Chaque fois c’est un assassin dans une ville puis on passe à la suivante. Ça donne une division en actes qui donne une impression de manque de linéarité.