La Guerre Eternelle, Joe Haldeman

la guerre eternelle

L’histoire : En 1997, la Terre voit un de ses astronefs détruits dans la constellation du Taureau. Pour se venger, elle y envoie son groupe de soldats spécialement formé pour l’occasion.

William Mandella fait partie de ces soldats. Il survit à un entrainement inhumain. Les combats sont peu nombreux mais peu y survivent. Mandella réussit à y survivre.

Ses voyages le confrontent à la distorsion spatio-temporelle, Mandella ne vieillit que de quelques années alors que sur Terre les siècles passent.

Ce que j’en pense : Ecrit par un auteur qui a été marqué par son passage au Viet-Nam, certains comparent La Guerre Eternelle d’Haldeman aux Etoiles, garde-à-vous d’Heinlein pour leur côté antimilitariste.

J’ai déjà dit ce que je pensais du roman d’Heinlein, con côté fascisant m’avait déplu. Le roman d’Haldeman ne fait pas forcément dans la subtilité : dès les premières pages; le lecteur sait qu’il va se retrouver dans une thématique anti-militariste.

Les soldats subissent un entrainement à la difficulté surdimensionnée, beaucoup en meurent. Lorsqu’ils se retrouvent au combat ce n’est pas aussi difficile, ils doivent plus lutter contre l’attente que contre leurs ennemis. Les soldats d’Haldeman sont des marionnettes entre les mains des gouvernants : au combat ils sont sous hypnose pour les rendre plus féroces; ils sont envoyés aux quatre coins de la galaxie, ils ne subissent pas les effets du temps mais sur Terre les siècles passent, ils se retrouvent déracinés, sans passé ni avenir; sans le savoir, ils se retrouvent démobilisés du jour au lendemain. Éloigné de la Terre Mandella ne reprend contact avec elle que peu de fois, à chaque fois Mandella retrouve une organisation sociale qui a évolué. Lui est alors considéré comme un fossile, un élément du passé qui n’est plus en phase avec la pensée en vigueur.

Le style est plutôt simple, le récit ne s’embarrasse pas de grandes réflexions philosophiques. Les situations s’enchainent  et le lecteur n’a plus qu’à se faire lui-même une idée de la stupidité de la guerre, des mensonges et des manipulations qu’elle provoque.

Le cheminement scénaristique manque d’originalité. Mandella gravit les échelons de la hiérarchie militaire et malgré cela il est toujours manipulé par ceux qui sont au-dessus de lui.

La Guerre Eternelle est un roman sur un thème qui peut être intéressant. Mais le problème est qu’Haldeman est trop démonstratif comme s’il avait peur que le lecteur ne comprenne pas. A cause de cela il ne pourrait même pas passer pour un roman de SF de seconde zone.

ssw-7

logo-pliPrix Hugo 1976

Prix Locus 1976

Prix Nebula 1976

ABC imaginaire 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s