Ces hommes dans la jungle, Norman Spinrad

ces hommes de la jungle

L’histoire : Bart Fraden, président de l’Etat libre de la Ceinture, subit un coup d’Etat. Obligé de s’enfuir, il est à la recherche d’un monde à conquérir. Il tombe sur Sangre, une planète dominée par la Confrérie de la Souffrance, une bande de dégénérés qui pratiquent la torture, l’esclavage et le cannibalisme. Face à une telle bande, la tâche ne va pas être simple.

Ce que j’en pense : Norman Spinrad n’est pas un auteur que je lis très régulièrement et pourtant je devrais parce que quelque soit le thème il y a toujours matière à réflexion.

Ici avec Ces hommes dans la jungle, écrit en 1967, on retrouve plein d’idées propres à l’époque où il a été écrit.

La révolution que Fraden tente de mener fait penser aux révolutions marxistes qui essayaient de percer notamment en Amérique du Sud. Plus récemment, Fraden et ses sbires m’ont fait penser aux FARC colombiens. Ce qui est le plus marquant aussi c’est que les tribulations de Fraden ressemblent beaucoup aux errements de la diplomatie américaine. On peut facilement considérer que Fraden est une métaphore des Etats- Unis. Il y a une volonté d’asseoir sa puissance, il utilisera la propagande, il manipulera les esprits simples, puis il s’en ira parce que même s’il a réussi à mener sa révolution la situation qui en découle ne le satisfait pas. Il laisse la planète avec un beau bordel sans que ça le chagrine plus que ça. Ce qui est un peu moins réussi ce sont les traits psychologiques des personnages, ils sont un peu trop prévisibles.

Ces hommes dans la jungle a une grosse liberté de ton (en rapport à son année de parution), à travers la critique politique, il y a des scènes de violence plutôt sanguinolentes et des scènes de sexe qui essayent d’être osées (je les ai trouvées un peu nunuches). Le roman se lit plutôt facilement même si sur la fin ça traine un peu en longueur à cause d’une multiplication des subterfuges. Donc malgré un cadre divertissant (celui du space opera) il a y avec Spinrad une critique de la société dans laquelle il vit et que ce soient des gouvernants comme des gouvernés.

Dans le texte : « J’y comprends rien, Bart, vraiment rien. On dirait qu’il n’y a pas une seule couille en état de marche sur toute la planète. Je n’ai jamais rien vu de pareil. Ces Sangriens passent leur vie à se faire enculer à tour de bras et à longueur de journée, mais ils n’ont pas envie de se battre. Ça ne leur viendrait même pas à l’idée. »

ssw-7ABC imaginaire 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s