Conan le guerrier, Robert E. Howard

conan-le-guerrier

Ce que j’en pense : Ce recueil ne contient que trois nouvelles bien sûr remaniées. Deux d’entre elles se trouvaient dans le recueil Milady édité à l’occasion de la sortie du film en 2011.

Les clous rouges et Au delà de la rivière sont les deux plus intéressantes. Elles montrent l’intérêt de Howard pour l’histoire américaine. pour la première on se retrouve dans un conflit entre deux tribus dans une ambiance amérindienne, pour la deuxième on retrouve l’idée de la frontière entre la civilisation et la barbarie, avec les pionniers qui doivent faire des sacrifices pour pouvoir vivre.

Les joyaux de Gwahlur est presque ridicule. J’ai eu l’impression que Conan cumulait de nombreux défauts notamment celui de la cupidité. Cette nouvelle intercalée entre les deux était très dispensable. Mais je me rends compte que ces nouvelles publiées comme elles sont, sont bien en dessous de celles traduites pat Louinet. Des fois je me demande même si ça vaut le coup de continuer à lire ces livres-là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s