Les barreaux de l’Eden, Pierre Pelot

les barreaux de l'edenTitre : Les barreaux de l’Eden

Auteur : Pierre Pelot

Editeur : J’ai Lu

Année : 1977

287 pages

L’histoire : Jagor Jean, être quasi mythologique, a réussi à procurer aux survivants les plus riches d’un évènement apocalyptique l’immortalité de l’âme.

Cette possibilité fait accepter aux hommes le fait d’être discriminés en fonction de classes génétiques, le fait d’être régis par des lois discutables.

Aussi ceux qui remettent en cause l’ordre établi, les Incrédules, sont pourchassés. Ceux qui sont retrouvés par les autorités sont obligés de suivre un programme de guérison devant les ramener sur le chemin de la foi.

Ce que j’en pense : Quand j’ai vu que le Bifrost de janvier était sur Pierre Pelot, je me suis dit que j’allais anticiper la découverte de cet auteur. Dans une librairie d’occasion, je suis tombé sur un de ses romans, allez on se lance.

On se retrouve dans un futur aux classes segmentées et strictement définies. Un cataclysme écologique est à l’origine de cette société qui se raccroche à un personnage messianique. Mais dès le début on sent qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec cette prétendue immortalité de l’âme, que c’est un piège à cons.

La description de la société du bas est sidérante : promiscuité, désespérance, atmosphère poisseuse. Population qui se raccroche aux œuvres d’un chanteuse névrosée, à sa présence qui entraine une transe collective dans une foule sans repères.

Ce qui ressort de manière flagrante est le thème de la manipulation des hommes, que ce soit par le biais de la culture ou par le biais du prétendu Graal de l’immortalité. Écrit à la fin des années 70, Les barreaux de l’Eden réunit psychédélisme et pessimisme. Il faut avancer dans la noirceur du roman pour appréhender certains aspects de cette société.

Je n’ai pas beaucoup lu de SF française de cette époque mais j’ai retrouvé chez Pelot les mêmes préoccupations qu’il pouvait y avoir chez Andrevon par exemple.

C’est un roman tout à fait abordable pour découvrir Pierre Pelot mais malheureusement desservi par la couverture (trompeuse) de Siudmak.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s