L’Homme doré, Philip K. Dick

l'homme doreTitre : L’Homme doré

Auteur : Philip K. Dick

Editeur : J’ai Lu

Année : [1953- 1980] 1982

285 pages

Ce que j’en pense : Les romans du début de la carrière de Philip K. Dick me laissent parfois un sentiment de déception. Les personnages se ressemblent trop : les hommes sont névrosés, manipulables et les femmes sont manipulatrices et dominatrices.

Mais quand je lis des nouvelles de Dick, je me  rends compte qu’il est meilleur novelliste que romancier.

Sur ce recueil, il y a peu de déchet. J’avoue que Chaines d’air, réseaux d’éther et Si Cermoli n’existait pas ne m’ont pas intéressés du tout. 

L’Homme doré, comme chasse aux mutants, fait écho aux X-Men. Le projet Argyronète est bien drôle en mettant en scène des auteurs de SF comme Poul Anderson ou A.E. Van Vogt qui sont recherchés par les hommes du futur car ils sont prescients. On va vers la fantasy avec Le Roi des elfes, qui relue une deuxième fois est plutôt bien. On y retrouve la confrontation entre deux réalités.

Donc des histoires de réalité, des histoires sur la manipulation, sur le vampirisme (La dame aux biscuits), les mélanges entre différentes entités (Quelle chance d’être un Blobel !), beaucoup de diversité dans les thèmes traités avec beaucoup de dynamisme, de l’humour.

Un recueil réussi avec des nouvelles qui embrassent l’ensemble de la carrière de Dick et prouvent son talent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s