Sumerki, Dmitry Glukhovsky

sumerkiTitre : Sumerki

Auteur : Dmitry Glukhovsky

Editeur : L’Atalante

Année : 2014 (avril)

381 pages

 L’histoire  : Un traducteur qui a tendance à vivre en reclus se voit confier la traduction du journal d’un conquistador a qui il avait été confié la mission d’escorter un religieux parti à la recherche de manuscrits pré-colombiens. Mais au fur et à mesure de la traduction les événements vont se multiplier : meurtres, disparitions inexpliquées, tremblements de terre, tsunamis. Le traducteur, tout en essayant de conserver un semblant de santé mentale, va tenter de trouver une explication à ces phénomènes.

Ce que j’en pense : J’avais lu beaucoup de choses positives sur l’auteur de Metro 2033 et 2034 mais je crois que je n’ai pas choisi le bon roman pour le découvrir.

Sumerki fait presque 400 pages mais je suis sûr que Glukhovsky aurait pu raconter son histoire en moitié moins. Franchement le rythme du récit est inexistant. Ça doit être normal quand on voit quel genre de narrateur et héros nous suivons. Le narrateur – traducteur n’attire pas du tout la sympathie, il vit en marge de tout et de tous, et semble apprécier de vivre dans un état de médiocrité.

La manière de raconter est déplaisante. Bien sûr c’est intéressant de découvrir le contenu du journal du conquistador (soit dit en passant ce sont les passages les plus intéressants du roman) mais quand la traduction est finie, le narrateur s’amuse à faire de l’explication de texte. Ou comment prendre le lecteur pour un demeuré.

Puis j’ai trouvé bancale cette idée de relier la réalisation des prophéties mayas sur la fin du monde avec la possible disparition de Dieu (un dieu qui n’avait rien de pré-colombien). Le roman se dénoue sur un  mélange des mythologies décevant et indigeste.

Sumerki est un roman qui m’a laissé de marbre, que j’ai peiné à finir, où il ne se passe pas grand chose et dont le dénouement m’est apparu bâclé.

logo-pli

Prix Utopiales 2014

litt ima 3ed

Publicités

2 réflexions sur “Sumerki, Dmitry Glukhovsky

  1. Je n’ai lu de lui que la nouvelle qui était dans le recueil des Utopiales de l’année dernière et je n’avais pas adhéré non plus. On verra si son nouveau roman emporte l’adhésion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s