Malevil, Robert Merle

malevilTitre : Malevil

Auteur : Robert Merle

Editeur : Folio

Année : [1972] 1987

635 pages

L’histoire : Emmanuel Comte est propriétaire du château de Malevil dans le sud de la France. Un jour où il reçoit ses amis, un évènement apocalyptique embrase la région. Après l’incendie, Comte et ses compagnons vont découvrir un monde dévasté où il va être difficile de trouver des ressources pour subsister. Comte va devoir mobiliser les compétences de chacun pour pouvoir faire face à la pénurie et aux bandes de pillards.

Ce que j’en pense : Malevil est un roman que j’avais prévu de lire plusieurs fois mais dont j’ai toujours reporté la lecture, peut-être en raison de son épaisseur. Mais je ne comprends plus cette réticence quand à la lecture je redécouvre le talent de conteur de Robert Merle.

C’est sûr que le début est fastidieux car Merle nous raconte de long en large l’histoire de Malevil et d’Emmanuel Comte. Mais ça se décoince lorsqu’arrive l’évènement. A partir de là le récit est fluide, les rebondissements arrivent régulièrement pour accrocher le lecteur.

Robert Merle ne s’intéresse pas vraiment à comment ses personnages vont s’en sortir car ils sont assez vite dotés d’un capital qui leur permet d’envisager l’avenir avec une certaine confiance. Non ce qui l’intéresse le plus ce sont les relations entre ses personnages. Voir comment vont interagir des personnes de conditions différentes, de voir comment vont évoluer les personnes ayant une idéologie contraignante (qui ne serait plus adaptée aux nouvelles circonstances).

Il n’y a qu’une seule chose qui m’a choqué, c’est la représentation de la femme dans le roman. Il y a trois types de femmes : la vieille paysanne patoisante et usée par le travail; l’homasse (c’est Merle qui utilise le mot) certes cultivée mais trop virile; la dévergondée qui couche avec tout ce qui bouge et qui par son manque d’esprit met tout le monde en danger. Celle qui semble à peu près normale, le narrateur regrette de ne pas l’avoir épousée car elle lui aurait fait « bon usage ».

Malevil est un bon roman post-apo d’un auteur pourtant pas versé dans la littérature de l’imaginaire. A part des réflexions sur les rapports entre les sexes qui sont plutôt datées, c’est un roman qui se laisse très facilement lire.

litt ima 3ed52 semaines

Idée 16 : un château

Publicités

Une réflexion sur “Malevil, Robert Merle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s