Un enfant du pays, Richard Wright

un enfant du paysTitre : Un enfant du pays (Native Son)

Auteur : Richard Wright

Editeur : Le livre de poche

Année : [1947] 1977

499 pages

L’histoire : Bigger Thomas, jeune noir de vingt ans, vit dans une pièce avec sa mère, son frère et sa soeur. Pour subsister il organise des braquages de faible envergure. Un jour il s’embrouille avec ses comparses. Décidé à changer de vie Bigger accepte une place de chauffeur chez M. Dalton, un blanc qui œuvre pour améliorer la situation de la communauté noire. Un soir Bigger ramène la fille de Dalton ivre morte chez elle. Accidentellement il l’étouffe. Ainsi va débuter une jeu du chat et de la souris entre un jeune noir et une population blanche raciste.

Ce que j’en pense : Un enfant du pays est un roman que j’ai commencé sans beaucoup de conviction. D’abord parce que j’étais dans une période où ce que je lisais ne m’intéressait pas trop, ensuite parce que son début était plutôt laborieux avec beaucoup d’oralité dans le récit, ce qui était plutôt rebutant. Mais je me suis accroché et je suis sorti satisfait de cette lecture.

Richard Wright, auteur noir, à travers une histoire dramatique, sans espoir pour son personnage principal, décrit les conditions de vie des noirs juste après la Second guerre mondiale.

Bigger Thomas est ce genre de personnage qui ne peut pas grand chose contre les destin quoiqu’il fasse. Enclin à vivre de petits larcins et prompt à la violence, il accepte tout de même d’essayer de vivre comme tout le monde, en ayant un travail, même si c’est au service d’un blanc.

Mais il va être confronté au regard des blancs enclins à aider la communauté noire. Mais Bigger ne va pas comprendre les intentions des blancs et va prendre la gentillesse, l’empathie pour de la condescendance.

Je trouve dommage que le roman se finisse un procès où on retrouve plaidoirie et réquisitoire sous la forme de discours grandiloquents, plutôt difficiles à digérer.

Mais Un enfant du pays est un roman social qui éclaire sur les conditions de vie des noirs dans les années 40 mais aussi un roman sur l’incompréhension entre deux communautés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s