Mordre le bouclier, Justine Niogret

mordre le bouclierTitre : Mordre le bouclier

Auteur : Justine Niogret

Editeur : Mnémos

Année : 2011

221 pages

L’histoire : Alors que Chien se remet de la perte des ses doigts, Bréhyr a décidé de retrouver le dernier homme encore en vie qui est à l’origine de son destin actuel. Ensemble elles vont se placer sur la route du retour des croisades.

Ce que j’en pense : A la différence de Chien du Heaume, on retrouve plus souvent des éléments pouvant situer l’action. J’appréciais le premier car l’histoire pouvait se passer n’importe où et n’importe quand. Cela donnait au récit un caractère intemporel. Ici le récit est plus tourné vers les personnages, sur ce qui les pousse à agir, sur les fait qui font qu’ils sont ainsi.

Mordre le bouclier est la réunion de personnages cabossés, usés par la vie. Chien, il lui manque une grande partie de ses doigts, remplacés par des griffes d’acier.; Saint Roses, il lui manque une jambe sectionnée lors d’une chute de cheval; Bréhyr a le bras brisé maintenu par une armature métallique. La souffrance n’est pas seulement physique. Elle est très souvent dans la tête, il est difficile à trouver un équilibre. La lecture peut être éprouvante car l’atmosphère est très sombre et pessimiste.

Heureusement la fin donne une touche d’optimisme bien minime par rapport à l’ensemble assez sombre du roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s