Solomon Kane, Robert E. Howard

solomne kaneTitre : Solomon Kane

Auteur : Robert E. Howard

Editeur : Bragelonne

Année : [1928-1932] 2013

431 pages

L’histoire : Solomon Kane est un homme qui voyage à travers le monde et qui punit tous ceux qui martyrisent, terrorisent les faibles., ceux qui ne peuvent se défendre.

Ce que j’en pense : Je continue ma découverte de l’oeuvre de Robert E. Howard avec ce personnage énigmatique qu’est Solomon Kane.

A travers quelques nouvelles et poemes , j’ai découvert un personnage dont on ne saura jamais grand chose. Bien qu’il soit anglais, il n’hésite pas à se dire sans pays. On ne sait pas d’où il vient, ni qui il est. Il est juste Solomon Kane, un homme qui défend les faibles contres les injustes.

Il se déclare puritain et sert d’instrument au courroux divin. Mais cela est à relativiser car dans certaines nouvelles Kane est très proche de la folie. Lors de ses vengeances il va voyager de l’Angleterre, du Sud de la France à la jungle de l’Afrique noire. Afrique noire qui sert de cadre exceptionnel aux aventures de Kane. Dans ce cadre Howard peut faire apparaitre n’importe quel mythe (l’Atlantide) ou créature mythique (Harpie) sans que l’on cherche trop de vraisemblance. Cette Afrique est qauvage, inconnue et mystérieuse.

Comme pour Conan, j’ai trouvé le style de Howard très dynamique. Il peut y avoir quelques imperfections mais quand on est pris dans l’histoire on n’y prête plus trop attention.

Je suis content d’avoir découvert un héros (ou anti-héros) qui possède de nombreuses parts d’ombre, qui ne s’est toujours pas livré même si on a passé 300 pages avec lui.

Dans le texte : « Sa vie durant il avait parcouru le monde, venant en aide aux faibles, combattant l’oppression, sans jamais savoir pourquoi, ni même se poser la question. C’était son obsession, ce qui motivait toute sa vie. La cruauté et la tyrannie envers les faibles embrasaient son âme d’une colère noire, aussi féroce que tenace. Lorsque la flamme de sa fureur avait été attisée et qu’elle touchait à son paroxysme, il n’avait de cesse que sa vengeance soit consumée. Quand il lui arrivait de s’interroger sur sa conduite, il se disait qu’il accomplissait le jugement de Dieu, qu’il était un instrument du courroux divin, châtiant les êtres impurs. Pourtant Kane n’était pas vraiment un puritain, au sens plein du terme, même s’il se se considérait comme tel. »

Sans titreDark-fantasy-challengehoward1

Publicités

Une réflexion sur “Solomon Kane, Robert E. Howard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s