Glacé, Bernard Minier

glaceTitre : Glacé

Auteur : Bernard Minier

Editeur : Pocket

Année : [2011] 2013

729 pages

L’histoire : Un cheval est retrouvé décapité et dépecé en haut du barrage d’une usine hydroélectrique. On retrouve sur les lieux l’ADN d’un tueur en série qui est enfermé dans une institution très sécurisée non loin de là. Le commandant Servaz est appelé en renfort sur l’enquête.

Ce que j’en pense : C’est l’été (enfin sur le calendrier) alors on se lance dans des thrillers qui sont de jolis pavé. Voilà un premier roman rondement mené. situer un thriller dans une région de montagne permet de créer une ambiance angoissante, pesante. Le climat et la topographie difficiles rendent facilement possible la création de cette atmosphère.

En plus du milieu, Bernard Minier ajoute une institution qui accueille les pires psychopathes d’Europe dont leurs pays d’origine ne peuvent (ou ne veulent plus s’occuper. On se retrouve avec quelque chose qui donne l’impression d’être un mélange du Silence des Agneaux et de Vol au dessus d’un nid de coucou. Le pire c’est que malgré la sécurisation ultra-poussée et la compétence a priori du personnel, on dirait que rien n’est maitrisé face à ce rassemblement d’esprits malades.

Le commandant Servaz est un personnage plutôt classique dans le cadre d’un roman policier. Ce sont les personnages qui l’entourent, en adéquation avec la société, qui lui montrent que par certains moments il est archaïque.

Le roman dans son ensemble est bien structuré. Alors qu’à un moment je croyais que l’on était tombé sur le tueur, l’enquête est repartie avec de nouvelles révélations. Pour bien sûr arriver à une fin qui va laisser planer une menace.